Un aperçu des alternatives

Été 2012

Le secteur des placements est un domaine innovateur où les nouvelles stratégies et les nouveaux produits abondent. Comment sélectionne-t-on chez CPTE les nouveautés qui conviennent aux portefeuilles de nos clients? En suivant le même processus rigoureux de sélection pour tous les placements.

Les options de placement se sont multipliées à un tel rythme au cours des dernières années qu’il est presque plus facile de suivre les progrès de la physique quantique. Depuis le début du nouveau millénaire est apparue sur le marché une multitude de nouveaux produits et de nouvelles solutions ayant tous un point commun – la promesse de quelque chose de mieux, que ce soit des rendements plus élevés, une plus faible volatilité, des revenus réguliers ou une efficacité fiscale plus grande. Avant d’ajouter de nouvelles options de placement aux portefeuilles de nos clients, les experts de Conseillers en placements T.E. doivent déterminer si ces promesses sont fondées. À cet égard, on pourrait nous qualifier d’éternels sceptiques.

L’IMPORTANCE DES CONTRÔLES PRÉALABLES

Chez CPTE, l’argumentation des gestionnaires de portefeuille n’est pas un critère de sélection afin de déterminer les placements à inclure dans les portefeuilles de nos clients. Compte tenu de la taille de l’actif géré par CPTE (2,5 milliards de dollars) et de sa progression continue, nous sommes très courtisés par les gestionnaires de portefeuille. Quand ceux-ci nous proposent leurs solutions, nous les examinons rigoureusement dans le but d’établir si elles satisfont à nos critères de sélection.

DE LA SUBSTANCE, S’IL VOUS PLAÎT!

Dans bien des cas, ce qui nous est présenté comme une nouveauté n’est en fait qu’une ancienne recette remaniée au goût du jour. Quant aux idées qui sont vraiment nouvelles, il faut les étudier encore plus attentivement et se demander comment il se fait que personne n’y avait encore pensé. C’est en posant des questions incisives que nous arrivons à déterminer si un nouveau produit ou une nouvelle stratégie pourraient être avantageux pour nos clients. Avant d’envisager sérieusement d’opter pour une solution de placement, nous nous posons les questions suivantes :

• Est-ce un placement qui a du sens? Est-il fondé sur une prémisse valable?
• Le placement peut-il produire les résultats promis?
• Améliorera-t-il le potentiel de rendement du portefeuille?
• Le placement réduira-t-il le risque du portefeuille?
• Permettra-t-il de diminuer les coûts d’investissement?
• Le placement nous donnera-t-il accès à quelque chose qui ne se trouve pas déjà dans les portefeuilles de nos clients?
• Répond-il à un besoin particulier de nos clients?
• Pourra-t-il s’intégrer à long terme dans un portefeuille?
• Le placement permettra-t-il une meilleure efficience fiscale?

BEAUCOUP D’APPELÉS, PEU D’ÉLUS

Dans une série de trois articles publiés sur le site tewealth.com*, Robert Broad, vice-président et conseiller en placements de CPTE, présente certaines solutions que CPTE a évaluées au fil des ans parmi la myriade d’options possibles. Les placements suivants ont été rejetés, bien que les gestionnaires de portefeuille en aient fait la promotion :

  • Certificats de placement garantis (CPG) indiciels – Selon notre analyse, le potentiel de gain de ces produits était extrêmement limité et, dans la plupart des cas, les investisseurs pouvaient obtenir de meilleurs rendements à long terme en investissant dans une combinaison d’obligations ou de CPG et dans des actions correspondant à leur degré de tolérance.
  • Billets à capital protégé (BCP) – Semblables aux CPG indiciels, les BCP avaient pour but d’allier un capital garanti et la croissance d’un portefeuille donné. Cependant, les investisseurs devaient bloquer des liquidités importantes pour être admissibles à la garantie et on leur promettait peu en matière de rendements possibles. Selon nous, les investisseurs qui sont prêts à s’engager pour une période de dix ans devraient plutôt investir dans un portefeuille diversifié.
  • Fonds de produits de base ou de titres aurifères – Même si ces secteurs ont enregistré de bons résultats au cours de la dernière décennie, nous estimons qu’au Canada le marché boursier et la devise procurent déjà aux investisseurs une exposition suffisante aux secteurs des produits de base et de l’or.

Les fonds négociés en Bourse (FNB) sont l’une des innovations relativement récentes que nous avons intégrées aux portefeuilles de nos clients. Nous apprécions la transparence et la diversification à faible coût qu’ils peuvent procurer. Par contre, nous n’avons pas adopté les FNB à effet de levier et les FNB à rendement inverse. Souvent mal compris, ces instruments de placement à court terme présentent peu d’intérêt dans le cadre des stratégies de placement à long terme comme celles que nous préconisons.

Pour ce qui est des fonds de couverture, des fonds de capital-investissement et des fonds d’infrastructure, nous n’avons pas encore rendu notre verdict. Au Canada, les épargnants qui ne disposent pas de millions à investir dans des sociétés fermées ou des projets d’infrastructure ont peu de chances de profiter d’occasions de la même envergure que celles qui sont offertes aux investisseurs institutionnels. Même si le nombre de fonds de couverture offerts au Canada a augmenté, nous n’en avons encore trouvé aucun qui permettrait d’améliorer la diversification de nos portefeuilles. Nous continuons toutefois de surveiller ce créneau dans l’espoir que des occasions convenant davantage à nos clients s’y présenteront.

Selon nous, les placements reposent sur un principe simple : en investissant de manière appropriée dans les actions, les titres à revenu fixe et les liquidités, il est possible de participer à la croissance à long terme de l’économie mondiale. Quand nous sommes persuadés qu’une nouvelle solution de placement ou un nouveau produit peut être avantageux à long terme, nous veillons à l’intégrer dans les portefeuilles de nos clients.

* Pour lire la série complète d’articles (en anglais), rendez-vous sur le site tewealth.com et, sous la rubrique Blog, sélectionnez Robert Broad dans la liste des auteurs.

 

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *