Couple de seniors

Soins de longue durée: le chaînon manquant dans votre plan financier

Dans un épisode récent de What They Don’t Tell You, l’animatrice Anna Premyslova a abordé avec habileté un aspect que les gestionnaires de patrimoine ont tendance à négliger : la planification des soins de longue durée.

Un plan financier porte généralement sur l’équilibre entre les revenus et les dépenses, les retraits efficaces des sociétés de portefeuille, la philanthropie et la transmission du patrimoine. En revanche, la planification des soins de longue durée est un aspect souvent oublié, sans doute parce que les gens croient à tort que le système de santé public leur fournira tous les soins dont ils auront besoin en vieillissant. Grave erreur.

Le coût des soins
Au cours des 35 prochaines années, il en coûtera 1 200 milliards de dollars pour répondre aux besoins en matière de soins de longue durée au Canada, et seule la moitié de cette somme sera prise en charge par les programmes gouvernementaux actuels, peut-on lire dans le Guide sur l’assurance soins de longue durée de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP). En outre, on prévoit que, d’ici 2036, un Canadien sur quatre aura plus de 65 ans, ce qui représente un lourd fardeau pour le système public. Aujourd’hui, l’aide offerte aux aînés répond à un large éventail de besoins : des activités quotidiennes comme le ménage, les acheteurs personnels et les personnes de compagnie, au soutien continu à long terme comme les maisons de retraite indépendantes, les établissements de soins pour les aînés souffrant de démence et les soins à domicile. Certains de ces services peuvent donner droit à une aide financière publique.

Une recherche rapide parmi les établissements de soins pour personnes âgées au Canada révèle qu’il existe une vaste gamme d’établissements et de programmes et que les coûts varient de 2 450 $ à Strathmore en Alberta à 5 400 $ à Toronto. Le tableau ci-dessous est tiré du guide de l’ACCAP.

 

Tableau du coût des maisons de retraite

 

Les coûts des soins continus et des autres programmes offerts peuvent rapidement engloutir les économies et devenir source d’anxiété autant pour les aînés que pour leurs proches. En tant que planificateur financier pour les membres de ma famille élargie, j’en sais quelque chose.

Heureusement, la souscription d’une assurance soins de longue durée peut alléger le fardeau financier. En règle générale, une police d’assurance soins de longue durée verse une prestation lorsque l’assuré est incapable d’accomplir au moins deux des activités de la vie quotidienne suivantes :

  • se déplacer (se lever du lit ou d’une chaise sans aide);
  • aller aux toilettes;
  • être continent;
  • s’habiller;
  • se laver;
  • se nourrir;
  • souffrir d’une démence ou d’un autre trouble cognitif, selon la protection souscrite.

Après une évaluation par des professionnels de la santé, l’assuré peut être admissible à la prestation prévue par la police.

L’essor de l’assurance soins de longue durée
L’assurance soins de longue durée gagne en popularité, alors que de nombreux Canadiens aident leurs parents vieillissants à quitter leur foyer et à s’installer dans un établissement de soins. À mesure que les coûts et le stress augmentent, ces prochains aidants se tournent vers la sécurité financière qu’une assurance peut leur procurer en prévision de l’avenir. Tout le monde devrait songer à souscrire ce type d’assurance, surtout les personnes dont les proches habitent loin ou qui souhaitent tout simplement garder leur autonomie le plus longtemps possible.

Les assureurs canadiens proposent différentes polices d’assurance soins de longue durée. Leur accessibilité varie en fonction de l’âge, des antécédents médicaux et familiaux, du type de couverture recherché et de la durée. La Sun Life, par exemple, offre aux personnes âgées de 21 à 80 ans une couverture qui prévoit le versement d’une prestation hebdomadaire minimale de 150 $ et maximale de 2 300 $ pendant au moins 100 semaines ou même indéfiniment.

Les prestations de revenus hebdomadaires peuvent servir à payer l’hébergement dans un établissement de soins ou les services d’une infirmière à domicile, ou encore à rembourser les membres de la famille qui apportent une aide régulière. D’autres régimes remboursent les frais engagés pour obtenir des soins jusqu’à concurrence d’un montant donné. Des options comme une protection contre l’inflation et le remboursement de la prime au décès sont également offertes.

Comme pour la plupart des polices d’assurance, l’investissement nécessaire augmente en fonction de l’âge et de l’état de santé. Par exemple, un homme de 45 ans non-fumeur devra payer 1 175 $ par année pour toucher une prestation hebdomadaire de 1 000 $ pendant 250 semaines, alors qu’un homme de 55 ans non-fumeur paiera 2 001 $ par année pour la même couverture et la même période de prestations.

Il s’agit là que d’un des facteurs qui seront pris en considération pour créer un plan adapté à vos besoins. Pour savoir à quoi ce plan pourrait ressembler et pour découvrir comment vous pouvez assurer votre bien-être et votre confort à plus long terme, n’hésitez pas à communiquer avec nous. Nous pouvons vous aider.

Robert Bradburn, Vice-président, Services de conseil en matière de patrimoine, CWB Gestion de patrimoine

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *