Commentaire d’investissement – Septembre 2011

Plafond de la dette américaine – Selon nous, la hausse du plafond de la dette de 2011 était un non-événement, alimenté principalement par les deux clans politiques qui s’affrontent à Washington dans le but de gagner des voix à la prochaine élection présidentielle. En fait, c’était la 11e fois en 10 ans qu’on haussait le plafond de la dette. Cependant, on n’avait jamais auparavant imposé une réduction de la dette comme condition à la hausse du plafond et nous estimons que la réduction prévue de 2,4 billions de dollars au cours des 10 prochaines années est un pas vers une solution durable. De plus, l’abaissement de la cote de crédit des États-Unis par S&P, même s’il n’était pas justifié, aura au moins secoué les politiciens américains qui seront plus enclins, espérons-le, à unir leurs efforts pour éliminer les déficits et réduire la dette.

En raison de la crise de l’endettement de certains pays d’Europe, la confiance des investisseurs a subi sa pire dégringolade depuis décembre 2008, ce qui a perturbé les marchés et assombri les perspectives de croissance dans les 17 pays de la zone euro. Craignant en plus que la situation aux États-Unis n’entraîne une récession mondiale, les investisseurs ont retiré des sommes considérables des marchés boursiers et trouvé refuge dans les bons du Trésor, l’or et le franc suisse. Les principaux indices boursiers du monde ont alors enregistré des reculs allant jusqu’à 20 % par rapport aux derniers sommets atteints.

L’économie canadienne s’est contractée au deuxième trimestre pour la première fois depuis la fin de la récession il y a deux ans.

Qu’est-ce qui nous attend?

Suite aux corrections boursières des derniers mois, les valeurs des actions ont beaucoup baissé et elles atteignent presque celles du creux enregistré au début de 2009. Les cours boursiers semblent prêts pour une récession qui ne s’est pas encore produite et qui, selon bon nombre d’observateurs, n’arrivera pas. Nous aurions plutôt connu un ralentissement de la croissance économique semblable à ceux qui ont souvent accompagné les périodes de reprise dans le passé. Soulignons aussi que 80 % des sociétés du S&P 500 ont affiché des bénéfices supérieurs aux prévisions au deuxième trimestre et que leurs bilans indiquaient des niveaux de liquidités records. De plus, les taux des obligations sont pratiquement au plus bas niveau jamais atteint et l’inflation est quasi inexistante dans le monde industrialisé. Par conséquent, nous ne prévoyons pas une importante baisse des actions, même si la volatilité devrait continuer. Malgré les craintes que suscitent l’endettement des États-Unis et de certains pays européens, nous sommes loin d’une crise financière comme celle que nous avons connue en 2008. Au contraire, les crises financières passées et leur résolution nous portent à croire que les gouvernements européens et américain n’auront dorénavant d’autre choix que d’équilibrer leurs budgets pour éviter de nouvelles crises.

[styled_table width= »100% »]

Au 31 août 2011

Croissance du PIB sur 12 mois

Augmentation des prix à la consommation sur 12 mois

Taux de chômage

Canada 2,00 % 2,70 % 7,20 %
États-Unis 1,50 % 3,60 % 9,10 %
Japon -1,00 % 0,20 % 4,70 %
Zone euro 1,70 % 2,50 % 10,00 %
Allemagne 2,70 % 2,20 % 7,00 %
France 1,60 % 1,90 % 9,10 %
Royaume-Uni 0,70 % 4,40 % 7,90 %

[/styled_table]

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *