Retour au début de l’année

Retour au début de l’année

Les marchés ont fléchi au deuxième trimestre et sont presque revenus à leurs niveaux du début de l’année. Compte tenu des préoccupations entourant la crise de la dette en Europe, la morosité de l’économie aux États-Unis et le ralentissement de la croissance en Chine, il y a fort à parier que les marchés seront ébranlés. En fait, même les investisseurs les plus optimistes ne se seraient pas attendus à ce que les marchés poursuivent sur la lancée amorcée en mars 2009 sans subir de correction en cours de route.

Actions

Bien que l’indice composé S&P/TSX affiche un gain de 11,95 % pour l’année terminée le 30 juin 2010, les marchés sont demeurés braqués sur les mauvaises nouvelles au deuxième trimestre, et ils ont reculé de 5,51 %. Le secteur des services financiers a été le plus for tement éprouvé durant le trimestre, perdant 10,51 % de sa valeur, alors que l’énergie a suivi le marché en fléchissant de 5,28 %. Le secteur des matériaux a pour sa part grimpé de 0,79 % grâce en grande partie aux aurifères.

Depuis le début de la crise financière en 2008, les marchés ont tendance à réagir de façon excessive aux mauvaises nouvelles. Il semble en effet y avoir une coupure entre les bénéfices et le marché boursier. Les sociétés enregistrent de bons bénéfices et les cours semblent raisonnables. Elles sont en meilleure posture aujourd’hui qu’elles ne l’étaient en 2008, et plusieurs d’entre elles n’ont pas eu autant de liquidités depuis longtemps. Il n’en demeure pas moins que les marchés semblent obsédés par les mauvaises nouvelles au sujet de l’économie mondiale, ce qui a rendu les gouvernements, les sociétés et les gens plus prudents.

Aux États-Unis, l’indice S&P 500 a reculé de 7,51 % au cours de la période de trois mois terminée le 30 juin 2010, mais il est toujours en avance de 4,39 % par rapport à l’an dernier. Les rendements trimestriels ont profité de la dépréciation de 4,24 % du dollar canadien face au dollar américain, alors que le rendement sur un an a souffer t de l’appréciation de 9,61 % du huard.

Dans l’ensemble, les marchés européens ont moins bien fait que les marchés asiatiques au cours du deuxième trimestre, l’indice MSCI EAEO reculant de 10,17 % durant le trimestre et de 3,37 % durant l’année. Les marchés émergents ont pour leur part démontré qu’ils étaient plutôt insensibles au pessimisme qui envahit les pays développés. L’indice MSCI EMF a fléchi de 4,23 % durant le trimestre, mais il est en hausse de 12,65 % pour l’année.

Titres à revenu fixe

La demande pour les obligations demeure solide en dépit de la baisse des taux, alors que les investisseurs ont privilégié la stabilité des titres à revenu fixe en raison de l’incertitude qui régnait sur les marchés. L’indice obligataire universel DEX a augmenté de 2,93 % durant le trimestre et de 6,88 % depuis un an. L’écart de taux entre les obligations de sociétés et les obligations d’État a diminué considérablement alors que les sociétés étaient en meilleure posture pour rembourser leurs dettes qu’elles ne l’étaient au pic de la crise financière. Au deuxième trimestre, les obligations de sociétés de l’indice ont affiché un rendement moyen de 1,92 %, tandis que le rendement moyen des obligations d’État s’établissait à 1,67 %. À la fin du trimestre, le rendement moyen de l’indice obligataire universel DEX n’était que de 3,08 %.

Devises

Récemment, le dollar canadien a bien fait lorsque les gens composent bien avec les risques de l’économie mondiale, et nous en avons eu un exemple probant plus tôt cette année lorsque le dollar s’est apprécié face au dollar américain, atteignant même la parité avec le billet vert pendant un bref moment en avril. Cela dit, lorsque la tolérance au risque s’effrite et que les gens se précipitent sur les valeurs refuges, le dollar américain demeure la monnaie de choix. C’est exactement ce qui s’est produit au deuxième trimestre lorsque le dollar canadien a perdu 4,24 % de sa valeur par rapport au dollar américain.

Indice

3 mois

1 an

3 ans

5 ans1

Indice des bons du Trésor à 91 jours DEX

0,06 %

0,33 %

2,14 %

2,76 %

Indice obligataire universel DEX

2,93 %

6,88 %

6,90 %

4,92 %

Indice composé S&P/TSX – rendement global2

-5,51 %

11,95 %

-3,88 %

5,45 %

Indice S&P 500 – rendement global2

-7,51 %

4,39 %

-9,89 %

-3,62 %

Indice MSCI (Japon)

-6,09 %

-7,96 %

-11,97 %

-2,89 %

Indice MSCI EAEO

-10,17 %

-3,37 %

-13,46 %

-2,00 %

Indice MSCI Monde

-8,80 %

0,54 %

-11,54 %

-2,80 %

1 Rendement annuel composé.
2 Comprend les dividendes ou les intérêts réinvestis.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *