Regard sur les placements

Attachez vos ceintures!

Automne 2011

Il y aura de la turbulence sur les marchés boursiers, au moins jusqu’à ce que les investisseurs reprennent leurs esprits.

Pourquoi les prix des actions sont-ils retombés aux niveaux d’ après la crise financière de 2008? Il est vrai que l’économie a subi de nombreux revers, que la scène politique a été marquée par d’irritants affrontements et que la politique monétaire semble avoir été inefficace. Pourtant l’économie a progressé, bien qu’à un rythme réduit, et les sociétés continuent de dégager de solides bénéfices. L’exaltation irrationnelle POURRAIT céder le pas à un découragement irrationnel.

Soyons logiques

La chute des marchés de 2008 étant toujours présente à la mémoire des investisseurs, on peut comprendre que la voie que prendront les marchés suscite des inquiétudes. Cependant, la situation économique actuelle ne semble pas aussi désastreuse qu’en 2008 et le système financier mondial ne semble pas être aussi à risque. Il est clair que la Grèce a de graves problèmes, mais la restructuration de la dette qu’elle devra effectuer causera beaucoup moins de perturbations que la résolution de la crise bancaire aux États-Unis en 2008. Comme c’est toujours le cas en période de reprise, la croissance économique ralentit après avoir progressé rapidement, les stocks ayant maintenant été reconstitués, la demande refoulée des consommateurs ayant été satisfaite et les fonds de relance ayant été utilisés. Les données sur les bénéfices des sociétés et l’économie ne semblent pas signaler une nouvelle récession, même si les prix des actions tiennent peut-être compte de cette éventualité.

De bonnes affaires à saisir

Un des facteurs clés expliquant les brusques fluctuations qu’ont connues les marchés récemment est l’importance des placements indiciels, effectués au moyen entre autres des fonds négociés en Bourse. Trop souvent, quand ces investisseurs prennent la décision d’acheter ou de vendre, ils agissent en même temps sur une grande partie de l’indice, sans égard à la qualité respective des titres qui le composent. C’est pourquoi on observe sur le marché boursier une dichotomie entre les résultats des sociétés et le prix de leur action. Les sociétés saines dont le bénéfice est en forte croissance voient le prix de leurs actions baisser sous l’influence de la tendance générale. À la fin du troisième trimestre, les actions des sociétés de l’indice S&P 500 se négociaient à 10,2 fois le bénéfice prévu en 2012, un recul par rapport au ratio moyen de 13,7 enregistré pendant toutes les périodes de contraction que l’économie a connues depuis 1957. Si les actions étaient surévaluées en 1999, il y a une décennie environ, on peut dire qu’elles sont aujourd’hui grandement sous-évaluées.

La volatilité devrait durer

L’indice de volatilité implicite du Chicago Board Options Exchange (VIX), qui mesure la volatilité de l’indice S&P 500, a bondi de 150 % au troisième trimestre pour s’établir à plus de 40, cap qui n’a été franchi que dans 3 % des cas au cours des 20 dernières années. Le fait que le VIX soit dans les 40 semble indiquer que les réactions des marchés sont très émotives. Que faudra-t-il pour les calmer? Premièrement, les investisseurs doivent s’attendre à ce que les pays de la zone euro réussissent à régler leurs problèmes financiers. L’économie américaine doit montrer un signe d’amélioration pour convaincre les investisseurs qu’une nouvelle récession ne guette pas l’économie mondiale. De plus, les investisseurs ont besoin de voir leurs élus laisser de côté leur esprit partisan et prendre les bonnes décisions. Cela pourrait prendre un certain temps.

Un portefeuille équilibré demeure la meilleure solution

En dépit de tous les bouleversements qui secouent les marchés, un portefeuille équilibré demeure un choix logique. Même si les actions viennent de connaître l’une de leurs pires décennies, le rendement sur 10 ans d’un portefeuille équilibré se situait à environ 4 % par année en date du 30 septembre 2011. C’est beaucoup mieux que le rendement de 2 % qu’offrent actuellement les obligations à moyen terme du gouvernement du Canada. La stratégie du portefeuille équilibré est que ses différentes composantes réagissent différemment aux conditions économiques et financières. Les obligations des portefeuilles équilibrés ont rempli leur mission au cours de la dernière décennie, mais il est peu probable qu’elles soient très profitables pendant les 10 années à venir, les taux d’intérêt étant actuellement exceptionnellement bas. Les actions, par contre, sont de plus en plus abordables parce que les investisseurs exigent un rendement potentiel élevé pour accepter d’assumer des risques plus grands.

Les revirements font rarement la manchette

Les nouvelles et l’actualité dictent les variations quotidiennes des marchés boursiers, mais le moment où les marchés basculent dans la direction opposée fait rarement la manchette. Pensons seulement au 9 mars 2009, quand les marchés ont renversé la vapeur après la crise financière. Il ne s’est rien produit ce jour-là qui permettait de prévoir la période de hausse qui a suivi, aucune annonce fracassante, aucune grande nouvelle. Pourtant, à peine trois mois plus tard, les marchés avaient rebondi de 30 %. Comme l’exemple de 2009 le montre, les marchés peuvent changer de cap très rapidement et sans avertir. Maintenir un portefeuille diversifié est la meilleure façon de vous assurer que vos placements récupèrent leur valeur.

Cet article a été rédigé par Conseillers en placement T.E. Inc.

 

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *