Regard sur la reprise à venir

Regard sur la reprise à venir

Nous progressons vers une reprise mondiale, mais à un rythme insuffisant pour garantir la fin rapide de la récession. En fait, il est de plus en plus difficile de croire qu’une reprise complète s’effectuera d’ici 2010.

Le secteur bancaire se stabilise

Les résultats des tests de résistance des banques américaines ont fortement contribué à réduire l’incertitude et l’aversion pour le risque. Ils ont en effet révélé que les capitaux additionnels dont les banques ont besoin sont raisonnables et que plus de la moitié du manque estimatif a déjà été comblé. En juin, l’indice de volatilité implicite du Chicago Board Options Exchange a reculé au niveau où il se situait juste avant la faillite de Lehman Brothers.

La relance est amorcée

Le plan de relance est maintenant en place aux États-Unis – et les sommes déboursées ont augmenté considérablement au deuxième trimestre. On prévoit qu’elles se maintiendront au même niveau au troisième trimestre, ce qui ajoutera environ 3 % au taux de croissance du PIB à chacun de ces trimestres. Ainsi, la régression du PIB sera limitée à environ 3 % au deuxième trimestre, et sera suivie d’une légère augmentation au troisième trimestre. Cependant, on peut s’attendre à ce que les effets de la relance s’estompent peu de temps après, n’ajoutant que 1 % au taux de croissance du PIB réel au quatrième trimestre de 2009 et au premier trimestre de 2010. D’autres mesures de stimulation économique pourraient s’avérer nécessaires aux États-Unis comme au Canada en 2010, mais il reste à savoir s’il y aura la volonté politique pour cela.

Le crédit demeure restreint

Les marchés du crédit ont montré des signes d’amélioration et les différentiels de taux ont rétréci. Le crédit demeure toutefois restreint. Les prêts bancaires ont atteint en juin leur plus bas niveau en 17 mois et les banques, tant aux États-Unis qu’au Canada, se sont montrées peu enclines à renouveler les prêts arrivant à échéance. La remise en état du système financier exclut un retour aux niveaux d’endettement et de risque d’illiquidité qui existaient avant la crise financière. Le système bancaire parallèle (formé de sociétés telles que GE Capital), qui a été responsable de plus de la moitié de l’accroissement du crédit au cours de la décennie, est affaibli et les mesures de protection et la réglementation qui seront mises en place signifieront sans doute la fin des nouvelles formules de financement. Étant donné l’effondrement du marché de la titrisation, les opérations de crédit-bail sont au point mort. Cependant, le programme de facilités de prêt à terme garanties par des titres adossés à des créances (TALF) adopté par la Réserve fédérale américaine a favorisé l’augmentation du crédit disponible pour le financement par cartes de crédit et les prêts-auto – 16 milliards de dollars de titres adossés à des cartes de crédit et des prêts-auto ont été vendus en juin.

La reprise pourrait être plus vigoureuse au Canada

La nouvelle situation du crédit affectera aussi l’économie canadienne. La titrisation et le marché du papier commercial adossé à des actifs ont largement contribué à la croissance du crédit au Canada au cours de la dernière décennie, ayant eu un effet direct sur les prix, la consommation et la demande immobilière. Le Canada pourrait toutefois connaître une reprise plus vigoureuse que les États-Unis. Comme le Canada a un bilan relativement sain, les politiques monétaires et fiscales classiques seront plus efficaces ici. De plus, les exportations canadiennes devraient bénéficier du fait que le secteur des ressources est étroitement lié aux économies émergentes, qui devraient afficher les meilleurs taux de croissance pendant la prochaine décennie. Les finances des ménages canadiens étant en meilleur état, la consommation discrétionnaire n’a pas reculé de manière aussi abrupte qu’aux États-Unis. Les ventes de voitures, par exemple, ont régressé d’environ 15 % par rapport à 2008 au Canada, tandis qu’elles ont chuté de 38 % aux États-Unis.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *