Pourquoi devrais-je avoir un plan financier?

La proportion de Canadiens n’ayant pas de plan financier écrit se situerait quelque part entre 33 % et 75 % (les résultats sont très variables d’un sondage à l’autre). Quel que soit le chiffre exact, on peut affirmer sans se tromper que beaucoup de Canadiens ne disposent pas d’un tel document, ce qui les rend plutôt vulnérables financièrement. Si vous êtes du nombre, vous vous demandez peut-être si vous devez avoir un plan financier et si c’est vraiment essentiel.

Idées reçues erronées

Parmi les idées reçues erronées, une première veut que la planification financière coûte cher. Le prix d’un plan varie en fait d’un planificateur financier à l’autre; il peut être gratuit, mais un plan complet peut coûter 5 000 $ ou même plus. La qualité des plans est également variable, et un plan gratuit pourrait ne pas être aussi utile qu’un plan qui coûte 5 000 $.

Les gains réalisés grâce à ce dernier – économies d’impôt, paiements d’intérêts moins élevés, meilleurs taux de rendement, etc. – peuvent cependant neutraliser son coût, un aspect auquel on ne pense pas toujours.

Par ailleurs, bien des gens n’ont pas de plan écrit parce qu’ils estiment gérer déjà assez bien leurs finances. Mais si « assez bien » ne suffisait pas? Il y a peut-être des aspects de la planification financière qui vous sont inconnus, comme les incidences fiscales d’un compte conjoint avec un enfant d’âge adulte, des transferts entre conjoints, des prêts entre conjoints et des fiducies familiales. La liste est longue… mais on ne peut pas tout savoir. Un plan financier pourrait vous faire découvrir des moyens d’augmenter votre valeur nette que vous n’imaginiez pas.

Le plan financier en bref

Un plan financier complet couvre tous les aspects de votre vie financière : les liquidités, les placements, la planification de la retraite, la planification successorale, la planification fiscale et les assurances. Voyez-le comme votre feuille de route personnelle. Il vous montre d’où vous partez (votre valeur nette), où vous souhaitez aller (vos objectifs) et quoi faire pour vous rendre à destination (la stratégie).
Bien sûr, ce ne sont là que les grandes lignes. Voici, plus concrètement, des exemples de quelques-unes des choses qu’un plan financier peut vous aider à faire :

Atteindre vos objectifs

Vais-je avoir assez d’argent pour prendre ma retraite? Ma famille serait-elle bien protégée si je mourais? Puis-je me permettre d’acheter ce chalet? Vous posez-vous parfois ce genre de questions? Nous avons tous des objectifs financiers, mais beaucoup de gens ignorent si les leurs sont réalistes. Un plan financier vous permettra de définir vos objectifs, de déterminer s’ils sont réalistes et d’élaborer une stratégie pour les atteindre.

Il vous indiquera si vous cheminez vers vos objectifs ou si vous devez faire des ajustements. Il est fréquent que les gens sans plan financier ne savent pas qu’ils doivent apporter de tels ajustements. Il est en effet facile d’utiliser un excédent de liquidités pour s’offrir un gadget électronique dernier cri, et les retraités peuvent facilement sortir des fonds de leur FERR pour acheter une voiture, mais a-t-on vraiment les moyens de faire ces dépenses? Souvent, l’incidence de telles décisions ne se constate que des années plus tard, et il peut alors être trop tard pour rajuster le tir. Planifier votre épargne, vos placements et vos dépenses vous aidera à faire fructifier votre patrimoine et à vous mettre sur la bonne voie pour réaliser vos objectifs.

Envisager l’avenir avec confiance et tranquillité d’esprit

Les gens qui ont un plan financier (les « planificateurs ») et qui le suivent sont plus susceptibles que ceux qui n’en ont pas (les « non-planificateurs ») d’avoir confiance en leur capacité à atteindre leurs objectifs et à prendre leur retraite. Selon un sondage du CFP Board, l’ordre professionnel des planificateurs financiers aux États-Unis, seulement 30 % des « non-planificateurs » se sentent très sûrs d’eux en ce qui concerne la gestion de leur argent et la réalisation de leurs objectifs financiers, comparativement à 52 % des « planificateurs ».

Dans un autre sondage, 63 % des répondants ont dit s’inquiéter moins à propos de l’argent depuis qu’ils ont un plan financier, et 73 % ont déclaré que la planification financière avait accru leur tranquillité d’esprit. Le même sondage nous apprend que les personnes ayant un plan financier sont deux fois plus susceptibles d’envisager la retraite avec confiance. Fait intéressant, la confiance financière prédirait mieux que les connaissances financières les résultats de la gestion au quotidien de l’argent et des dettes.

Enfin, d’après une étude du Financial Planning Standards Council, l’argent est le premier facteur de stress des Canadiens. Toutes ces études semblent indiquer que d’avoir un plan pour gérer votre argent vous aidera à vous sentir confiant et serein à propos de votre situation financière. Ne serait-ce pas une bonne chose?

Faire fructifier votre patrimoine

L’une des fonctions importantes du plan financier est de dresser un état de vos liquidités, autrement dit, de vos rentrées et sorties de fonds. Votre plan vous montrera si vous dépensez plus que vous ne gagnez et déterminera votre capacité d’épargne. Il vous proposera aussi des moyens d’accroître vos liquidités, par exemple en remboursant des dettes, en réduisant vos dépenses superflues ou en profitant de possibilités d’économies d’impôt. Ces solutions vous permettront d’épargner davantage et, donc, d’accroître votre patrimoine.

Selon le CFP Board, 57 % des « planificateurs » réussissent à épargner au moins 10 % de leur revenu, par rapport à seulement 39 % des « non-planificateurs ».

De plus, 48 % des « planificateurs » disent vivre confortablement, contre 22 % seulement des « non-planificateurs ». Chose intéressante, le sondage révèle également que les « planificateurs » qui gagnent entre 50 000 $ et 99 999 $ par année sont plus susceptibles de vivre confortablement que les « non-planificateurs » qui gagnent plus de 100 000 $ (50 % contre 46 %). Un autre sondage, mondial celui-là et réalisé par HSBC, montre que les comptes de retraite des « planificateurs » sont près de deux fois et demie (245 %) mieux garnis que ceux des « non-planificateurs »!

Lorsque vous aurez déterminé comment augmenter vos liquidités, vous devrez alors prendre des moyens pour préserver ce patrimoine, par exemple en programmant des virements automatisés vers vos comptes d’épargne, en ayant un plan d’investissement adapté à votre situation ou en sachant comment faire des retraits sans nuire à l’atteinte de vos objectifs de retraite.

Trouver les occasions et les erreurs

Généralement, un bon plan financier brossera un tableau de ce que vous faites déjà, vous proposera quelques méthodes de rechange possibles et vous recommandera un plan d’action. Si vos connaissances financières sont plutôt limitées, c’est l’occasion idéale de les enrichir. En revanche, si vous avez déjà vos finances bien en main, l’exercice pourrait vous rappeler des stratégies que vous connaissiez, mais que vous n’aviez pas encore appliquées.

Dans tous les cas, une analyse professionnelle de votre situation financière pourrait mettre en évidence des possibilités auxquelles vous n’aviez pas pensé. Par exemple, vous pourriez découvrir que les frais liés à vos fonds communs de placement dépassent la moyenne canadienne, ou que vous pouvez éviter l’impôt de récupération de la Sécurité de la vieillesse en retardant le versement de celle-ci si vous avez plus de 65 ans et que vous travaillez encore. Chaque situation financière est unique; d’où l’importance d’un plan financier véritablement personnalisé.

Parer aux imprévus

Avez-vous un testament? Vos assurances protégeraient-elles bien vos proches si vous mouriez ou deveniez invalide? Avez-vous un fonds d’urgence en cas de perte d’emploi? Bien des gens négligent ces questions. Ces aspects de la planification successorale et des assurances sont pourtant fondamentaux dans tout plan financier.

Votre plan devrait couvrir trois documents de planification successorale de base : le testament, la procuration et la procuration relative au soin de la personne (aussi appelée « Representation Agreement » en Colombie-Britannique et « mandat de protection » au Québec). Ces documents vous protégeront en cas d’inaptitude ou faciliteront l’administration de votre succession en cas de décès.

Il importe aussi de vérifier que votre couverture d’assurance est suffisante, de sorte que vous n’ayez pas à puiser dans vos économies. Les types d’assurances à considérer sont nombreux : assurance vie, assurance invalidité, assurance contre les maladies graves, assurances pour soins de longue durée. Votre plan financier devrait analyser votre situation actuelle et vous indiquer les types d’assurance dont vous avez besoin.

Garder le cap

Une fois votre plan financier établi, il est important de respecter les recommandations formulées et de suivre vos progrès. Revoyez votre plan au moins une fois par année pour vous assurer que vous y avez été fidèle ou pour le rajuster en cas de changements concernant votre état civil, votre santé ou votre carrière. Soyez souple, et si le plan établi ne vous convient pas, vous pouvez essayer autre chose.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu de l’importance d’avoir un plan financier écrit, vous devriez au moins rencontrer un planificateur financier pour discuter de ce que vous faites déjà afin de savoir si vous ne pourriez pas améliorer des choses. Vous pourriez évidemment finir par arriver à destination sans aide, mais ne préféreriez-vous pas allumer votre GPS et profiter du voyage?


Cet article est extrait du bulletin Stratégies de Conseillers T.E., édition de décembre 2017. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet en format PDF.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *