Commentaire d’investissement – Avril 2013

Les mérites d’une stratégie axée sur la valeur

Warren Buffett a publié le mois dernier sa lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway. Si le rapport de gestion contenu dans les rapports annuels des sociétés a tendance à passer sous le radar sur les marchés, le commentaire annuel de l’un des investisseurs les plus en vue à l’échelle de la planète attire passablement d’attention. Les lettres de M. Buffett ont toutes un dénominateur commun : les rendements supérieurs de Berkshire Hathaway sont attribuables à l’application stricte d’une stratégie de placement axée sur la valeur.

Or, comme l’indique le terme « valeur », cette stratégie consiste à acheter des actions à un cours inférieur à leur valeur réelle. Il ne faut toutefois pas confondre cette stratégie avec celle qui consiste à acheter lorsque les cours sont bas et de vendre lorsqu’ils sont hauts. Il faut souvent adopter une stratégie à contre-courant axée sur le long terme, car certaines actions peuvent demeurer sous-évaluées pendant très longtemps. En revanche, les actions de croissance se négocient souvent à des évaluations plus élevées, car elles sont généralement émises par des sociétés de qualité supérieure dont le chiffre d’affaires et les bénéfices sont en forte croissance.

Des données recueillies sur plusieurs décennies démontrent que les actions de valeur ont tendance à devancer les titres de croissance. Qui plus est, non seulement cette « prime de valeur » s’applique-t-elle au fil du temps, on la retrouve également partout sur les marchés mondiaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : eVestment | T.E. Mirador

Le graphique ci-dessus compare le rendement de l’indice de valeur MSCI Mondial à celui de l’indice de croissance MSCI Mondial. Pour chaque trimestre depuis 1978, le rendement sur trois ans des actions mondiales de croissance a été déduit du rendement sur trois ans des actions mondiales de valeur. Le graphique illustre la « prime de valeur » à long terme, mais il fait également état d’une longue période de contre-performance depuis 2008. En fait, on n’avait pas vu une aussi longue période de faiblesse des titres de valeur face aux titres de croissance depuis 40 ans.

Dans un tel contexte, même « l’oracle d’Omaha » a souffert. L’indice S&P 500 ayant devancé le portefeuille valeur de Berkshire Hathaway depuis 2008, M. Buffett a même admis dans sa dernière lettre annuelle que son fonds pourrait bientôt publier sa première période de contre-performance d’une durée de cinq ans.

Un célèbre auteur a un jour écrit que « l’histoire ne se répète pas, elle bégaie ». En effet, si les cycles du marché sont rarement identiques aux cycles passés, ils présentent tout de même des similitudes très révélatrices. Le graphique illustre également que les stratégies qui misent sur la valeur ont été à la traîne des stratégies axées sur la croissance à la fin des années 1990, lors de la période d’hystérie boursière déclenchée par la bulle technologique pendant laquelle l’analyse traditionnelle avait été reléguée aux oubliettes. Dans un marché porté par l’engouement démesuré que suscitaient les entreprises Internet, rien ne semblait pouvoir arrêter l’envolée des titres technos. Les placements axés sur la valeur, considérés à l’époque comme des « placements à contre-courant », ont ainsi profité du comportement irrationnel du marché. Dans la reprise faible et inégale que nous vivons aujourd’hui, les placements plus sécuritaires de qualité supérieure sont désormais les locomotives des marchés. Aux États-Unis, alors que l’indice S&P 500 se situe à de nouveaux sommets, il est intéressant de constater que les titres défensifs et moins risqués des secteurs des soins de santé, de la consommation de base et des services aux collectivités ont toujours la cote auprès des investisseurs. À mesure que la conjoncture économique reviendra à la normale, les investisseurs pourraient de nouveau apprécier toute la valeur que présente la stratégie de placement axée sur la valeur.

Plutôt que d’adopter une seule approche, CPTE préfère composer des portefeuilles qui reposent sur un style de gestion mixte visant la valeur et la croissance. Les investisseurs peuvent ainsi tirer profit de toutes les phases d’un cycle économique et réaliser des rendements plus constants, tout en diminuant le degré de risque auquel ils s’exposent. Bien qu’il soit difficile de déterminer quand les placements axés sur la valeur susciteront de nouveau l’intérêt des investisseurs, leur rendement supérieur à long terme est sans contredit très rassurant. Comme M. Buffett le dit depuis longtemps, pour profiter pleinement de la « prime de valeur », il faut s’armer de patience.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *