Les émotions et les placements ne font pas bon ménage

dr-thomas-howard_emotions-and-investing

Dr. C. Thomas Howard, chef de la direction et directeur de la recherche de la société AthenaInvest

Dans leur vie de tous les jours, les humains sont des êtres émotifs, et souvent irrationnels. Or, de plus en plus de recherches démontrent également que les humains sont tout aussi irrationnels dans leurs décisions de placement. Ils devraient mettre leurs émotions de côté, mais au contraire, ils leur permettent d’influer sur leur jugement.

« Nous supposons que les gens prennent des décisions rationnelles, avance C. Thomas Howard, chef de la direction et directeur de la recherche de la société AthenaInvest, du Colorado. Les études démontrent cependant que c’est faux. Leur degré de rationalité est à peu près nul et il faut reconnaître que les gens commettent tout le temps des erreurs cognitives. »

Le professeur Howard est un pionnier des études universitaires sur le comportement des investisseurs. Professeur en commerce à l’Université de Denver et auteur de l’ouvrage Behavioral Portfolio Management, il étudie depuis longtemps le comportement humain face aux marchés financiers. Il nous apprend, par exemple, que la douleur causée par une perte est deux fois plus forte que le plaisir procuré par un gain. C’est ce qu’il appelle l’« aversion aux pertes à court terme ». De plus, le souvenir vivace et durable des pertes amène souvent les gens à poser des gestes qui vont à l’encontre de leurs objectifs de placement.

« Des freins ou des déclencheurs émotionnels empêchent les investisseurs de maximiser véritablement leur actif et de demeurer sur la voie qui a spécialement été tracée à cette fin », ajoute-t-il.

Le professeur soutient que les décisions fondées sur des émotions mènent à des erreurs et que les erreurs cognitives des investisseurs créent des distorsions de prix sur les marchés financiers. Ces observations sur le comportement des investisseurs – et les occasions que ces comportements fondés sur des émotions engendrent sur les marchés – l’ont conduit à créer la société de recherche boursière AthenaInvest et à concevoir un cadre structuré pour appliquer les principes de la finance comportementale à la gestion de portefeuille. « La gestion de portefeuille comportementale repose sur l’hypothèse que tous les investisseurs prennent des décisions fondées sur des réactions émotives », précise-t-il.

La base de données exclusive et brevetée d’AthenaInvest lui permet d’analyser et de quantifier des distorsions de prix et de repérer des occasions de placement. En tant que gestionnaire au sein du Fonds d’actions américaines Prospérité, AthenaInvest permet de profiter de cette expertise.

Diverses conclusions ressortent des enseignements du professeur. D’abord, si les hausses et les baisses des marchés résultent du comportement émotionnel des investisseurs, la gestion de portefeuille comportementale remet en question le concept de l’« efficience informationnelle » des marchés, soutenue par la théorie moderne du portefeuille. Cette théorie qui a dominé la pensée à l’égard des marchés ces dernières années affirme que bien qu’il existe un certain degré d’émotivité sur les marchés, il est éclipsé par les investisseurs rationnels. Les marchés boursiers sont donc intrinsèquement rationnels et les prix des actions reflètent les valeurs réelles. Les prix sont établis en fonction d’un ensemble complet de renseignements et les marchés sont efficients.

Le professeur Howard n’adhère pas à cette théorie. « Les marchés ne sont pas efficients sur le plan de l’information, soutient-il. La foule est émotive, ses décisions sont fondées sur des faits anecdotiques et des réactions émotives, et c’est ce qui dicte l’évolution des prix sur les marchés. Pratiquement aucune information fondamentale n’est prise en compte dans les prix des actions. Les prix sont toujours incorrects, la question étant de savoir à quel point ils le sont. »

Une autre implication, et peut-être la plus importante pour les investisseurs, a trait aux occasions. Si la valeur des actions est obscurcie par le comportement d’une foule émotive, cela engendre des occasions d’acheter des actions sous-évaluées. Il faut toutefois une méthode rationnelle et rigoureuse – ainsi qu’un cadre – pour repérer ces occasions et les exploiter.

Le professeur Howard croit que les émotions peuvent amener les investisseurs à faire des erreurs, mais il croit aussi que la maîtrise des émotions peut mener au succès. « Maîtriser ses émotions et suivre un plan financier bien conçu peut grandement améliorer la probabilité d’éviter les erreurs les plus souvent commises par les investisseurs », affirme-t-il.

Il admet que réussir dans le domaine des placements est difficile sur le plan émotionnel, car les humains recherchent avant tout le confort émotionnel à court terme. La réussite en matière de placements exige de faire abstraction du court terme et de maintenir une optique à long terme, même lorsque vos placements se déprécient. Cela peut aussi signifier d’investir lorsque la volatilité est élevée et que vous n’êtes pas à l’aise sur le plan émotionnel.

« Ne tenez pas compte de la volatilité, conseille-t-il. La volatilité n’a pas vraiment d’importance à long terme. »

Les investisseurs qui connaissent du succès ne suivent pas la foule. L’important, selon le professeur Howard, est d’avoir un plan bien conçu et la discipline de le respecter. Conformément à cette philosophie, Conseillers T.E. se fait un point d’honneur de vous aider à élaborer un plan de placement qui correspond à vos objectifs et à votre degré de tolérance au risque, tout en vous démontrant qu’il est avantageux de respecter ce plan durant les périodes de turbulences à court terme sur les marchés.

Établie à Toronto, Tessa Wilmott est une rédactrice, éditorialiste et chercheuse spécialisée dans le secteur des services financiers.

 

Cet article est extrait du bulletin Stratégies de Conseillers T.E., édition de novembre 2016. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet en format PDF.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *