L’économie canadienne demeure en mode d’attente

Le secteur des exportations devra être un moteur de croissance pour que la performance économique du Canada s’améliore. Heureusement, une expansion économique soutenue de notre principal partenaire commercial donnera un coup de main.

Au Canada, les exportations doivent stimuler la croissance

La faiblesse persistante et prononcée des exportations et des dépenses d’investissement des entreprises créent des problèmes pour le Canada. Pour que la performance économique du pays s’améliore, le secteur canadien des exportations doit accélérer, ce qui n’est pas le cas actuellement. La croissance dans le secteur de l’énergie s’est évaporée, puisque les revenus et les flux de trésorerie diminuent et que des emplois sont menacés. De plus, les exportations dans les autres secteurs ne sont pas encore parvenues à prendre le relais. Les exportations de la plupart des produits ont des volumes inférieurs aux niveaux observés l’été et l’automne derniers, et seules les exportations de quelques produits présentent de bonnes perspectives de croissance. Cette situation pourrait toutefois changer avec le temps.

La Colombie-Britannique, l’Ontario et le Québec dominent sur le plan de la croissance

Puisque l’expansion de l’économie américaine devrait se poursuivre durant encore plusieurs années, certaines exportations de secteurs autres que l’énergie de la Colombie-Britannique, de l’Ontario et du Québec finiront par procurer une croissance des revenus, de la production et de l’emploi. Par conséquent, les pressions sur la capacité de production de ces provinces augmenteront, ce qui entraînera une reprise graduelle des dépenses d’investissement des entreprises d’ici 2017. Pour ces secteurs et ces provinces, la baisse du dollar canadien fonctionnera finalement, ce qui permettra aux secteurs canadiens autres que l’énergie de tirer avantage d’une économie américaine dont la croissance devrait être supérieure à la moyenne de façon soutenue.

Une remontée à court terme des prix du pétrole est improbable

Le prix moyen du pétrole brut West Texas Intermediate devrait s’ajuster à 70 $ US le baril en 2016, mais ce prix pourrait être encore trop faible pour réactiver la liste des projets d’exploitation de sables bitumineux annulés ou reportés. Le prix du West Texas Intermediate a récemment diminué sous les 55 $ US le baril. Une société pétrolière a annoncé qu’elle reportera sa décision concernant un projet de drainage par gravité au moyen de vapeur jusqu’à ce que le prix du pétrole remonte dans une fourchette de 80 $ US à 90 $ US le baril.

Cet été et cet automne, nous pouvons nous attendre à ce que l’économie canadienne soit grandement dépendante des faibles taux d’intérêt et des dépenses des ménages. Par contraste avec les États-Unis, il n’y a pas de demande excédentaire dans les secteurs de l’habitation et de la consommation. Les ventes au détail, exprimées en termes réels, ont commencé à ralentir.

Les secteurs de la consommation et de l’habitation stimulent l’économie américaine

Toute perception d’un arrêt de la progression de l’économie américaine au premier trimestre a été effacée par les indicateurs avancés. La contraction du PIB américain au premier trimestre a été causée par des facteurs temporaires. La croissance du PIB réel au deuxième trimestre devrait avoisiner les 3 % et une croissance supérieure à la moyenne est prévue pour le reste de 2015.
Les consommateurs et les constructeurs de maisons sont derrière la hausse de l’activité économique aux États-Unis. Les ventes de véhicules motorisés se situent à leur sommet des 10 dernières années. Une moyenne de 17,5 millions d’unités ont été vendues sur une base annuelle en mai et en juin. Les consommateurs américains sont maintenant plus optimistes et sont disposés à acheter des articles coûteux et non essentiels. De plus, les ventes au détail augmentent, en particulier du côté du matériel de construction, des vêtements et des articles de sport. En outre, les mises en chantier résidentielles devraient bondir cet été et la construction devrait ainsi augmenter cet automne. Les permis de construire se sont établis à leur plus haut niveau depuis 2007 en mai, les logements multifamiliaux affichant les gains les plus importants.

Pas de hausses de taux d’intérêt, pour le moment

L’expansion de l’économie américaine semble pouvoir se prolonger au moins jusqu’en 2018, et les années 2018 à 2020 devraient correspondre au sommet du cycle. Cependant, malgré les solides perspectives de croissance, l’inflation américaine demeure relativement stable, s’établissant actuellement à un taux annualisé de 1,7 %. De plus, les pressions salariales n’ont commencé à augmenter que tout récemment. Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine, a précisé plusieurs conditions préalables à un relèvement des taux d’intérêt, notamment une augmentation du taux de participation à la population active, qui demeure faible du fait que trop de travailleurs découragés se sont retirés du marché du travail, et des signes concluants que les salaires augmentent plus fortement. Pour ce qui est de 2016 et de 2017, les déclarations de Mme Yellen laissent entrevoir une hausse graduelle des taux à court terme. En raison de cette normalisation relativement lente des taux à court terme, les taux à long terme aux États-Unis et au Canada ne devaient augmenter que modestement.

Cet article a été fourni par
Conseillers en placements T.E. inc.

En bref

Croissance économique
Le PIB réel du Canada a fléchi à un taux annualisé de 0,6 % au premier trimestre de 2015.

Inflation
Le taux d’inflation annuel a baissé à 0,9 % en mai 2015. L’IPC de référence, qui fait abstraction des prix de l’essence, est demeuré à 2,2 %.

Taux d’intérêt
En raison du ralentissement de la croissance économique, la Banque du Canada a réduit à 0,5 % son taux cible du financement à un jour en date du 15 juillet.

Dollar canadien
Le dollar canadien a repris un peu de vigueur au deuxième trimestre, gagnant 1,7 % face au dollar américain.

Emploi
Après une perte de 20 000 emplois en avril, il s’est créé 59 000 emplois en mai au Canada; l’emploi a augmenté de 192 000 au cours des 12 mois ayant pris fin en mai.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *