Le Canada champion de la croissance du G7

Le Canada champion de la croissance du G7

Été 2010

Quelques facteurs à prendre en compte lorsque vous devez décider quand commencer à toucher vos prestations du RPC*

Nous avons initialement fait état des changements alors envisagés pour le Régime de pensions du Canada (RPC) dans le bulletin Stratégies de T.E. Mirador de l’édition Hiver 2010. Maintenant que ces changements ont reçu la sanction royale, bien des gens se demandent quoi faire. Doivent-ils toucher leurs prestations du RPC par anticipation, malgré la réduction appliquée? Doivent-ils plutôt continuer de travailler et cotiser au RPC afin de s’assurer des prestations plus élevées à 65 ans ou après?

Le Canada a su éviter plusieurs des écueils auxquels les États-Unis se sont heurtés, et sa situation financière est la meilleure de tous les pays du G7.

L’expansion tous azimuts

Le Canada enregistre une nouvelle expansion économique alors que son PIB réel devrait croître à un rythme annuel moyen de 4 %. Par ailleurs, le secteur privé a remplacé le secteur public comme élément moteur de la croissance. Grâce au redressement du marché du travail, le Canada a récupéré les trois quar ts des emplois perdus lors de la récession. Les Canadiens n’ont pas été aussi éprouvés financièrement que l’ont été leurs voisins du Sud, et bien que le niveau d’endettement des ménages ait augmenté, le ratio des paiements d’intérêts au revenu disponible est toujours faible, à 7,44 %. Toutes les provinces profitent de la reprise, mais l’Alberta affiche le taux de croissance le plus élevé. Le tableau est toutefois très différent au Sud de la frontière canado-américaine, alors qu’on s’attend à ce que le PIB réel américain progresse de 3 % par année en moyenne.

Les risques à l’échelle mondiale

Les statistiques financières de l’Europe sont alarmantes et le niveau d’endettement de la Grèce semble accablant, ce qui ne fait qu’accroître la probabilité que l’Europe retombe en récession malgré le plan de sauvetage de l’Union européenne et du Fonds monétaire international. Un resserrement budgétaire brutal et une politique budgétaire européenne intégrée devront être mis en oeuvre et certains pays pourraient devoir renégocier leur dette. Même si le scénario le plus favorable se produit, le FMI table sur une croissance réelle de 4 % en 2010 et en 2011, prévision qui pourrait s’avérer optimiste si le plan de sauvetage européen échoue ou s’il présente des signes de fragilité. La crise de la dette qui ravage l’Europe pourrait ralentir l’expansion économique du Canada si la confiance des investisseurs à l’égard du plan de sauvetage et des politiques budgétaires s’effrite. Ceci se manifesterait par l’étranglement du marché boursier qui nuirait alors à la vente de maisons et à la rénovation domiciliaire, deux des principaux moteurs de l’expansion de l’économie canadienne.

Repli du dollas canadien

La crise européenne plombe le dollar canadien, et il a fléchi après avoir atteint la parité avec le dollar américain en avril. Lorsque les craintes entourant les problèmes de dettes européens se sont dissipées, le huard a remonté à environ 0,97 $US. Un dollar canadien moins fort n’aura pas nécessairement une incidence préjudiciable sur l’économie canadienne, car il permettra de soutenir l’expansion actuelle du marché du travail.

L’inflation et les taux d’intérêt

L’inflation ne constitue pas une menace pour le moment, et il est peu probable que les hausses de taux décrétées par la Banque du Canada soient suffisamment importantes pour freiner l’expansion économique. Les autorités monétaires canadiennes ne sont pas passées en mode de resserrement. Elles délaissent plutôt les « taux d’urgence » adoptés en 2008 et en 2009 maintenant qu’elles savent que l’économie peut croître sans l’aide d’une détente monétaire aussi considérable. Bien que la Banque du Canada relèvera ses taux, elle devrait le faire de façon graduelle. De plus, la crise financière qui sévit en Europe a pour effet de soutenir le cours des obligations d’État américaines et canadiennes, tout en contenant les taux d’intérêt à long terme, une situation qui se poursuivra probablement jusqu’en 2011 et qui se traduira par l’application de taux d’intérêt favorables au marché de l’habitation.

À propos de Conseillers en placement T.E. inc.

Les rubriques Analyse des marchés et Perspectives économiques sont fournies par Conseillers en placement T.E. inc. (CPTE), la filiale spécialisée en conseils en placement de T.E. Mirador. Fondée en 1994, CPTE offre aux investisseurs un service hautement personnalisé, des compétences éprouvées en matière de placement et une méthode rigoureuse de gestion des placements. Aujourd’hui, CPTE assure la gestion de plus de 2,3 milliards de dollars au nom de clients privés, de communautés autochtones et d’investisseurs institutionnels.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *