Femme travaillant avec cafe

L’ascension de l’investisseur individuel

Après l’injection de plusieurs milliers de milliards de dollars dans l’économie mondiale et l’imposition de mesures de confinement, les particuliers se tournent de plus en plus vers les marchés boursiers pour mettre un peu de piment dans leur quotidien en cette période de pandémie. Plusieurs faits récents illustrent cette tendance : l’affaire GameStop, la montée du Bitcoin, la multiplication des sociétés d’acquisition à vocation spécifique et la popularité des actions de constructeurs de véhicules électriques.

Une aide financière pour traverser cette période de remous

Depuis le début de la pandémie, des billions de dollars ont été injectés dans l’économie mondiale. Ces liquidités ont été une planche de salut pour de nombreuses entreprises et pour les particuliers qui se sont retrouvés en difficulté financière sans avoir rien fait de mal. Une dépression mondiale a ainsi pu être évitée, l’objectif étant de nous maintenir à flot jusqu’à la fin de la pandémie.

Une partie de cette aide financière a toutefois été versée à des particuliers qui n’en avaient pas vraiment besoin. En effet, depuis le début de la pandémie, le taux d’épargne (portion du revenu disponible qui est allouée à l’épargne) a grimpé en flèche, atteignant des sommets inégalés depuis 50 ans, aux États-Unis. Les finances de certains sont en meilleure santé qu’il y a un an. De toute évidence, il reste une importante demande accumulée pour ce qui est des services et expériences dont nous sommes privés en raison du confinement, et les liquidités inutilisées seront dépensées lorsque l’économie redémarrera. C’est une des raisons qui expliquent notre optimisme à l’égard de l’économie.  

La bourse, nouvelle Las Vegas

Le surcroît d’épargne n’a pas entièrement pris le chemin des comptes bancaires. En manque de sensations fortes, les particuliers se tournent de plus en plus vers la bourse. Selon Fortune.com, les ordres passés par des investisseurs individuels sur les marchés boursiers américains représentent aujourd’hui 20 % du volume total des opérations, contre 15 % avant la pandémie. Cela représente une forte hausse en peu de temps et il ne faut pas s’en étonner. Pour paraphraser un client à propos de l’argent qu’il destine aux placements risqués, « Je ne peux pas aller à Las Vegas, mais je peux faire des paris dans mon CELI. »

Ce dynamisme de l’investisseur individuel n’est pas nécessairement mauvais, mais dans le passé, il a été le signe que le moment était venu d’adopter une stratégie à contre-courant. Par exemple, en 2000, les investisseurs se sont rués vers les fonds communs d’actions à la fin de la bulle technologique, juste avant l’effondrement du marché. Actuellement, nous ne sommes pas en présence d’une bulle boursière; en fait, les perspectives des marchés boursiers sont bonnes, selon nous. Toutefois, nous observons de l’effervescence dans certains segments et une augmentation des prises de risque. Voici quelques exemples :

  • GameStop – Les abonnés de WallStreetBets, un forum de spéculateurs sur séance de Reddit.com, se sont organisés pour acheter massivement des actions des secteurs de la « vieille économie » dont les prix étaient très bas, comme celui de GameStop. Les paris et la spéculation qui en ont résulté ont fait passer le titre de GameStop de moins de 20 $ au début de 2021 à environ 350 $ le 27 janvier. À la suite de cette opération, d’importants fonds d’investissement spéculatifs ont essuyé de lourdes pertes. Certains investisseurs individuels ont enregistré des gains importants, à condition d’avoir acheté tôt et vendu au bon moment. À l’heure où j’écris ces lignes, le titre se négocie à environ 60 $. Nul doute que la plupart des investisseurs individuels pris dans cette opération ont perdu de l’argent au lieu de faire une fortune.
  • Bitcoin – Cette cryptomonnaie a connu une ascension fulgurante en 2020. Pourquoi? Difficile à dire. Pour certains, cela est dû à ses qualités de valeur refuge et au climat d’incertitude. D’autres sont d’avis que Bitcoin sera de plus en plus utilisée en raison de la numérisation soutenue de notre économie. On peut pourtant s’interroger sur l’utilité d’une monnaie caractérisée par d’énormes fluctuations journalières, tant à la hausse qu’à la baisse.
  • Sociétés d’acquisition à vocation spécifique (SAVS) – Les SAVS n’exercent aucune activité commerciale; elles mobilisent des capitaux en vue d’une entrée en bourse. Une fois inscrites à une bourse, elles disposent généralement de deux ans pour affecter les capitaux à l’acquisition d’une entreprise. Les SAVS ont amassé environ 85 milliards de dollars en 2020. Depuis le début de 2021, elles ont attiré plus de 20 milliards. Cela signifie que ces sociétés ont reçu plus de 100 milliards de dollars en contrepartie de la promesse d’acquérir une entreprise. Il y a à peine quatre ans, ce chiffre s’élevait à un peu moins de cinq milliards de dollars.
  • Actions de constructeurs de véhicules électriques – Les investisseurs se sont enthousiasmés pour les énergies renouvelables et les prix de ces actions ont été multipliés par 10 en 2020. Chose certaine, l’élection d’un gouvernement démocrate aux États-Unis a alimenté cette tendance. Pour certains de ces constructeurs, les perspectives sont prometteuses, mais sont­elles vraiment 10 fois plus prometteuses qu’il y a un an? C’est très peu probable.

Spéculation et vision à long terme? Les manchettes donnent une version tronquée de la réalité

Étant donné l’abondance des liquidités, l’extrême faiblesse des taux d’intérêt et l’endettement plutôt raisonnable des ménages, une hausse de la spéculation dans certains segments du marché n’est pas étonnante. Nous sommes attentifs à ces tendances, mais en tant qu’investisseurs axés sur le long terme, nous restons concentrés sur les sources de valeur ajoutée à long terme, soit un plan financier solide, la diversification et la valorisation.

Malheureusement, il n’existe pas de raccourcis. Quand on fait des paris boursiers, il est très difficile de s’enrichir rapidement; en revanche, il est très facile de s’appauvrir. Ceux qui prennent de gros risques et réussissent leur coup aiment le crier sur tous les toits et se retrouvent dans les manchettes. Ce sont toutefois des cas isolés. Ceux qui mordent la poussière après un gros pari sont beaucoup plus discrets et, malheureusement, plus nombreux.

Scott Blair
Chef des placements, CWB Gestion de patrimoine

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *