Lancer une entreprise à la retraite

Portrait of relaxed senior manager sitting at office and leaning back.

Les baby-boomers sont de plus en plus nombreux à lancer une entreprise à la retraite afin d’assouvir une passion, de conserver ou de changer leur identité professionnelle, ou encore d’augmenter leur capital-retraite.

Que vous poursuiviez votre carrière en tant qu’expert-conseil ou que vous vous lanciez dans une toute nouvelle aventure professionnelle, travailler à la retraite exige du temps et de la planification. De Vancouver à Montréal, nos spécialistes en gestion de patrimoine se penchent sur quelques aspects financiers qui pourraient influer sur votre décision de lancer une entreprise à la retraite.

1. Quels sont certains des avantages ou certaines des conséquences dont il faut tenir compte si vous choisissez de travailler à la retraite?

Lynne Triffon, Vancouver : Les gens croient parfois que s’ils gagnent un revenu supplémentaire, ils se situeront dans une tranche d’imposition plus élevée. Au Canada, puisque les taux d’imposition sont progressifs, les taux d’imposition supérieurs ne s’appliquent qu’au revenu supplémentaire (et peuvent ne pas s’appliquer si vous demeurez sous le seuil de la tranche d’imposition suivante). Même si vous vous retrouvez dans une tranche d’imposition plus élevée, vous toucherez un revenu net supplémentaire.

Pensez aux raisons pour lesquelles vous voulez continuer de travailler à la retraite. Vous avez peut-être besoin d’un revenu supplémentaire pour pouvoir voyager davantage. Pour bon nombre de mes clients, les dollars additionnels qu’ils empochent n’expliquent pas tout. Ils veulent surtout demeurer actifs et motivés, sans compter qu’ils veulent souvent retirer du plaisir du travail comme tel. Gagner de l’argent peut simplement être une conséquence de l’accomplissement de ce qui nous plaît le plus. Beaucoup de mes clients continuent de travailler à leur compte comme experts-conseils après leur départ à la retraite. Ces personnes ne veulent pas se retirer complètement. Elles souhaitent plutôt réduire leurs heures de travail et bénéficier de plus de souplesse, et parfois avoir plus d’autonomie et subir moins de stress.

Harjeet Sachar, Calgary : Que vous choisissiez d’offrir des services-conseils ou de lancer une entreprise, vous devez déterminer si des débouchés existent. Pouvez-vous convaincre les gens de faire appel à vos services? Voyez ce qui vous distingue de la concurrence et positionnez-vous sur le marché en conséquence.

Samuel Chinniah, Toronto : Puisque le revenu n’est plus une priorité, si vous travaillez durant la retraite, vous aurez toute la souplesse voulue pour faire croître votre entreprise ou vos activités de services-conseils comme bon vous l’entendrez. Les services-conseils représentent une option particulièrement intéressante, car la mise de fonds requise est faible ou nulle et vos dépenses sont minimes. De plus, comme vous posséderez vraisemblablement beaucoup d’expérience et de relations, le passage de votre ancienne carrière au domaine des services-conseils vous demandera peu d’efforts. En augmentant votre revenu de cette façon, vous aurez l’esprit plus tranquille et pourrez jouir de la vie pendant que vous êtes encore en santé.

Jane Cheong, Montréal : Travailler à la retraite constitue une excellente façon d’améliorer votre revenu de retraite si vous jugez que votre épargne est insuffisante. Si vous avez amassé assez d’argent, vous pourriez profiter du meilleur des deux mondes en travaillant à votre propre rythme, sans le stress de la grande entreprise, tout en restant actif sur les plans social, professionnel et intellectuel.

2. Le fait d’avoir une entreprise devrait-il influer sur le moment à partir duquel vous commencerez à toucher des prestations du RPC ou du RRQ et de la SV?

LT : C’est votre espérance de vie qui constitue le facteur déterminant pour le choix du moment à partir duquel vous toucherez des prestations du RPC ou du RRQ et de la SV, mais d’autres facteurs entrent également en ligne de compte. Dans le cas du RPC ou du RRQ, l’entreprise doit verser les cotisations salariales et patronales. Vous pouvez cesser de cotiser au régime à l’âge de 65 ans, mais vous pouvez recevoir une prestation plus élevée si vous décidez de continuer de verser des cotisations facultatives.

Dans le cas de la SV, il faut tenir compte des seuils de récupération fiscale. Pour 2016, la prestation de la SV est réduite lorsque le revenu net est supérieur à 73 756 $ et elle est récupérée en totalité lorsque le revenu net dépasse 119 615 $. Il est possible de reporter le début du versement des prestations de la SV jusqu’à 70 ans et de recevoir alors une prestation majorée, soit 0,6 % pour chaque mois de report, jusqu’à concurrence de 36 % à 70 ans.

HS : Plutôt que de regarder les prestations du RPC ou du RRQ de façon isolée, vous devriez prendre en considération vos besoins globaux en matière de flux de trésorerie. Lorsqu’on démarre une entreprise, les besoins en matière de revenu changent, alors vous devriez d’abord revoir votre plan de retraite avec votre planificateur, et le passer en revue chaque année par la suite.

3. Quels sont les éléments à prendre en considération si vous achetez une entreprise existante?

HS : Est-il possible de revendre l’entreprise? Y a-t-il de l’équipement? L’entreprise ou l’équipement seront-ils encore pertinents dans x années? Avant l’achat, prenez soin de procéder à une vérification préalable à l’aide d’un comptable ou d’un planificateur afin d’évaluer la valeur actuelle de l’entreprise et sa valeur prévue au moment où elle sera vendue.

SC : Il est important de savoir si vous serez en mesure de vendre votre entreprise lorsque vous voudrez le faire. Vous pourriez alors devoir trouver une entreprise semblable à la vôtre qui serait prête à vous faire une offre. La même règle s’applique aux services-conseils : monnayez votre travail! Trouvez une entreprise ou une personne intéressée à acheter votre liste de clients.

Avant de vendre votre entreprise, trouvez des façons d’en maximiser la valeur afin d’augmenter sa rentabilité et donc son prix de vente. Votre planificateur financier peut vous aider à élaborer une stratégie de sortie, un plan de relève et des stratégies fiscales, ainsi qu’à bénéficier d’exonérations d’impôt.

4. Quels sont certains éléments à prendre en considération au moment de décider de constituer ou non une petite entreprise en société?

LT : Vous devez avant tout établir si vous détenez une responsabilité potentielle quelconque. Dans l’affirmative, vous devriez constituer votre entreprise en société afin de protéger vos biens personnels, peu importe votre revenu futur. Pour ce qui est de la constitution en société, vous devez également déterminer si vous dépenserez le bénéfice ou si vous le mettrez de côté. Si vous optez pour l’épargne, la constitution en société peut vous donner droit à un report d’impôt. Autrement, cette formule pourrait ne pas être avantageuse.

Bon nombre des déductions offertes aux sociétés sont offertes aux entreprises individuelles, comme le versement d’un salaire au conjoint ou aux enfants. Des règles s’appliquent aux sommes qui peuvent être versées : essentiellement, les salaires doivent être raisonnables et tenir compte du travail effectivement accompli.

SC : Du point de vue fiscal, les sociétés incorporées sont fort avantagées. En Ontario par exemple, le taux marginal le plus élevé pour une société non incorporée est de 53,53 %. Beaucoup de petites entreprises peuvent profiter du taux de 15 % sur le revenu imposable généré au sein d’une société constituée en corporation, jusqu’à un maximum de 500 000 $.

Le principal avantage à s’incorporer est le report d’impôt. Si vous êtes dans la tranche d’imposition supérieure et que vous n’êtes pas incorporé, vous garderez seulement la moitié de vos revenus d’entreprise. Toutefois, les petites entreprises incorporées (avec moins de 500 000 $ de revenu imposable) ont un taux d’imposition moins élevé. Elles peuvent conserver cet argent supplémentaire dans la société et le retirer au fil du temps. Si vous avez besoin de tous les revenus de votre entreprise pour vivre, la constitution en société n’est pas la meilleure option.

JC : Vous devez évaluer le bénéfice qui sera généré annuellement et comparer le résultat à l’ensemble des dépenses et des frais liés à l’exploitation de la société. Une société est une personne morale distincte qui exige la production de déclarations de revenus chaque année, d’états financiers, de rapports annuels ainsi que de déclarations de taxes (TPS, TVQ, TVH, TVP). De plus, il ne faut pas oublier les coûts associés à la constitution en société.

5. Quelles sont quelques-unes des erreurs courantes à éviter?

LT : Une de ces erreurs est de ne pas s’inscrire aux fins de la TPS/TVQ/TVH/TVP en temps voulu. L’inscription devient obligatoire au moment où vous atteignez un seuil de revenu cumulatif au cours d’un seul trimestre ou d’un nombre de trimestres donné. Selon la nature de votre entreprise, vous pourriez également devoir établir un compte d’entreprise auprès de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et un compte de retenues sur la paie, ainsi que vous inscrire auprès de la commission d’indemnisation des accidents du travail de votre province et obtenir un permis d’exploitation.

Une autre erreur à éviter est de ne pas connaître les types de dépenses déductibles du revenu imposable et de ne pas savoir quels sont les reçus et les dossiers à conserver. Enfin, si vous exploitez votre entreprise de la maison, vous devez vous assurer que votre assurance habitation vous couvrira.

HS : Nombreux sont ceux qui sous-estiment le temps, l’argent et les ressources nécessaires pour mettre leur projet d’entreprise à exécution. Par exemple, supposons que vous vouliez lancer un service de traiteur. Vous auriez à tenir compte de plusieurs éléments, dont les coûts en équipement et la souscription d’une assurance habitation si vous travaillez de la maison (en cas de problème, vous devriez être couvert). De plus, si vous comptez préparer vous-même tous les plats, vous auriez à y consacrer beaucoup de temps, temps que vous ne pourriez plus passer avec vos proches.

JC : Autre faux pas fréquent : ne pas demander conseil à un professionnel. La situation personnelle et familiale de chacun étant unique, il est important de parler à quelqu’un qui peut vous aider à cerner les problèmes potentiels.

Planifier de grosses structures complexes au cours de la phase de démarrage, avant même que l’entreprise produise des revenus, constitue une autre erreur courante. Privilégiez la simplicité pour débuter et ne sous-estimez pas le temps nécessaire pour accomplir les différentes formalités et tâches administratives. D’ailleurs, vous constaterez peut-être que vous devez engager quelqu’un pour s’en charger.

6. Un Américain habitant au Canada qui décide de mettre sur pied une entreprise ou d’offrir des services-conseils durant la retraite doit-il prendre en considération des éléments particuliers?

Brent Soucie, Toronto : Oui, surtout si le retraité choisit de créer une société canadienne pour faciliter ses activités de services-conseils. L’Internal Revenue Service (IRS) soumet en effet les ressortissants américains à un impôt spécial et à des obligations d’information. La même logique s’applique aux déductions accordées aux entreprises et même à l’assurance responsabilité. Cela dit, des mesures particulières doivent être prises afin d’éviter la double imposition.

 

Cet article fut publié dans le bulletin Stratégies de Conseillers T.E., édition de novembre 2016. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet en format PDF.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *