La voix de la raison

Alors qu’au cours du troisième trimestre la turbulence des marchés fait la une des nouvelles financières, l’expertise de Conseillers T.E. permet à ses clients de braver la tempête. Selon nous, une politique de placement prudente fera ses preuves en ces temps incertains. Voici l’extrait d’une lettre que Robert Bentley, conseiller et vice-président de notre bureau de Toronto, a écrite à un client pour répondre à ses inquiétudes

Vous m’avez demandé si nous allions changer de cap et modifier votre plan d’investissement à la lumière des dernières difficultés des marchés. Ma réponse est fondée davantage sur mes sentiments personnels que sur la situation des marchés, puisque je passe peu de temps à scruter les fluctuations boursières quotidiennes ou hebdomadaires. Pourtant, ma santé financière dépend ultimement de celle de notre système financier.

En effet, ma femme et moi avons placé notre argent dans l’immobilier et dans les REER que nous avons accumulés au fil des ans. Comme plusieurs autres, notre exposition aux marchés boursiers internationaux correspond à environ 60 % du total de notre portefeuille. Je devrais donc être très inquiet devant la dégringolade des marchés, la panique à Wall Street, la crise immobilière aux États-Unis où des propriétaires se font saisir des maisons qu’ils n’ont jamais eu les moyens d’acheter, le ralentissement en Chine et en Inde après une croissance phénoménale, la baisse des exportations du Canada, sans compter tous les autres problèmes d’ordre économique qui semblent éclater sur une base quotidienne.

Mais ce n’est pas le cas! Cette turbulence ne m’inquiète pas le moins du monde, et ce n’est pas parce que je suis bête et que je joue à l’autruche. Comment expliquer mon attitude? Ce n’est pas sorcier. Je sais que mes pertes sur papier seront passagères à condition que je conserve mon portefeuille constitué de fonds bien diversifiés .Je suis certain qu’une partie de mes titres boursiers américains a été exposée à la faillite des banques d’investissement, des prêteurs hypothécaires et des sociétés d’assurance au cours des dernières semaines.

Toutefois, je détiens aussi des titres de plusieurs autres sociétés qui ne feront pas faillite et qui, au contraire, afficheront une croissance intéressante lorsque la tempête sera passée. Tout cela fait partie des règles du jeu!

Je m’inquiéterai seulement si tout le monde cesse de boire du Coke, de se raser, d’acheter des médicaments d’ordonnance, de faire l’épicerie, d’acheter des automobiles et de consommer d’autres biens.

Cela est toutefois un scénario fort improbable en raison du nombre toujours croissant de consommateurs dans le monde.

Je me plais parfois à penser qu’il a dû y avoir à Rome au IVe siècle des conseillers financiers qui affirmaient à leurs clients qu’ils n’avaient rien à craindre tant que l’empire ne s’écroulait pas et que les barbares ne portes de la ville! Soyons sérieux : est-ce que le système mondial de négociation à profit de biens mis en place en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Amérique du Sud est vraiment en péril? Selon moi, non. Pas avec une population mondiale de plus en plus importante et de plus en plus riche.

Peut-être sommes-nous face à un ralentissement prolongé. Peut-être les marchés ont-ils reculé d’un pas qui sera relativement difficile à rattraper. D’une certaine façon, cela est dans l’ordre des choses, compte tenu du rendement exceptionnel dégagé depuis plusieurs années.

Puisque nous envisageons la possibilité d’un tel ralentissement prolongé, pourquoi ne pas vendre immédiatement les titres, conserver les liquidités pendant un certain temps en attendant que les cours soient encore plus bas, pour ensuite tous les racheter et profiter de la remontée inévitable des marchés boursiers? Voilà un scénario qui serait en effet idéal… si nous pouvions le mettre en place a posteriori.

Toutefois, dans la vraie vie, nous prenons des décisions sans vraiment savoir comment réagiront les marchés sur un horizon de quelques mois, tout en ayant intimement confiance qu’avec le temps, les marchés poursuivront leur croissance pour un jour atteindre de nouveaux sommets. Selon notre expérience et les données socioéconomiques disponibles, il n’y a aucune raison de penser que cette remontée n’aura pas lieu comme par le passé.

Il est impossible de déterminer quel est le « bon moment » de réaliser des opérations en raison à la fois des soubresauts inattendus du marché et de la réaction prévisible des investisseurs qui, oubliant invariablement que toute tempête finit par se résorber, quittent le bateau lorsque les cycles du marché arrivent périodiquement à leur fin. En gros, ils se font ainsi damer le pion et ne profitent pas de l’incroyable force d’expansion du marché qui suit inévitablement chaque crise. Il est paradoxal que ces investisseurs semblent tout mettre en œuvre pour transformer leurs pertes virtuelles en pertes permanentes! Selon mon expérience, ce profil d’investisseur mesure toutefois rarement le rendement réel de son portefeuille sur plusieurs années, ce qui lui permet d’éviter de constater l’ampleur du désastre auquel il a lui-même contribué.

Je n’ai pas du tout l’intention de devenir un tel investisseur. C’est pourquoi malgré les turbulences des marchés, je continue d’appliquer rigoureusement mon plan d’investissement.

Dans des situations comme celle à laquelle nous sommes confrontés, les apports de liquidités dans nos comptes sont naturellement investis dans des catégories d’actif durement touchées par la crise. Ce faisant, nous profitons non seulement d’un coût moyen relativement bas, mais (et c’est le plus important) nous nous assurons d’être aux premières loges de la remontée inévitable qui suivra.

Certaines personnes estiment qu’en procédant comme je le fais,je m’expose à la force puissante des marchés et que celle-ci risque d’anéantir mes avoirs à long terme. Je connais cependant la vérité : je sais que c’est moi qui contrôle cette force potentiellement dévastatrice… et je n’ai aucune intention de la laisser gagner!

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *