Être locataire ou propriétaire? Telle est la question pour les retraités.

Comme les prix de l’immobilier restent élevés au Canada, vous envisagez de vendre votre maison pour récupérer vos liquidités. Vos enfants volent de leurs propres ailes et vous n’avez plus besoin d’autant d’espace qu’avant. Emménager dans un endroit plus petit vous semble donc une bonne idée. Cela dit, quelle est la meilleure solution pour vous? Acheter un nouveau logement ou investir votre argent et devenir locataire?

Les Canadiens aiment les biens immobiliers. Selon Statistique Canada, environ 70 % des Canadiens sont propriétaires de leur logement. Pour beaucoup de personnes, leur logement constitue la base de la valeur nette, et représente, en moyenne, environ 50 % du total de leur actif. Les prix se sont envolés récemment, particulièrement dans les grands centres urbains, les prix moyens des logements au Canada ayant augmenté de 20 % par 
rapport à 2008*. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et The Economist, le marché de l’habitation canadien est surévalué. Comme pour tout placement, il est préférable de vendre lorsque les prix ont atteint un pic plutôt qu’après une correction du marché. Cependant, comme le souligne Kathryn Jankowski, vice-présidente chez T.E. Mirador, il ne s’agit pas d’une simple décision de placement.

Une décision financière et un choix de style de vie

Kathryn travaille à Toronto, où la guerre des surenchères fait rage et où le marché des copropriétés s’envole. Elle a conseillé beaucoup de clients qui étaient tiraillés entre être propriétaires ou locataires. Selon elle, « cette décision comporte deux aspects : l’un lié aux finances et l’autre au style de vie. Sur le plan financier, si la priorité d’une personne est d’utiliser la valeur nette de sa maison comme revenu, il faut établir le seuil de rentabilité entre louer et acheter ». Pour calculer ce seuil, il faut prendre en compte certains coûts liés à l’entretien de la maison et aux taxes à payer quand on est propriétaire, le coût du loyer mensuel quand on est locataire, et dans les deux cas, le rendement que l’on réalisera avec l’argent que l’on peut investir.

Les considérations liées au placement

Malgré les fortes hausses des valeurs ces dernières années, le rendement historique à long terme de l’immobilier dépasse l’inflation d’environ 2 %. Les placements immobiliers n’ont qu’une faible corrélation avec les autres catégories d’actif comme les actions et les obligations, ce qui fait en sorte qu’ils offrent une certaine diversification. Néanmoins, selon Kevin Klein, conseiller en placements chez Conseillers en placements T.E. à Calgary, l’un des problèmes que pose l’immobilier est le manque de liquidité. Selon lui, « avec l’immobilier, on n’est jamais sûr de pouvoir accéder à son argent quand on le souhaite ou de récupérer les sommes espérées. Nous avons pu observer un certain nombre de phases d’expansion rapide et de récession dans l’immobilier, avec une période de récupération moyenne de 10 ans, parfois plus ». Un autre problème peut être le manque de diversité d’un portefeuille immobilier – souvent constitué d’une seule et unique propriété, dont la valeur peut être tributaire de la situation au sein de la collectivité et de la santé économique de la région.

Comme le souligne Kevin, « que vous décidiez d’acheter plus petit ou de louer, l’injection de liquidités dans votre portefeuille nécessitera un réexamen de votre politique de placement afin de définir ce que vous attendez de cet argent et d’établir si vos objectifs de placement ont changé ». Si vous décidez de louer, vous devrez peut-être investir votre argent de manière à obtenir un revenu plus élevé pour payer votre loyer. Sans résidence principale, la préservation du capital pourrait prendre toute son importance si vous voulez laisser quelque chose à vos héritiers ou si vous voulez avoir les fonds requis au cas où vous auriez un jour besoin de soins de longue durée. Toujours selon Kevin, l’ajout d’une somme d’argent importante pourrait nécessiter la modification de la politique de placement, en réduisant éventuellement le degré de risque auquel vous êtes exposé si votre style de vie ne nécessite plus une croissance aussi importante.

Tenez compte de votre style de vie

En plus des considérations relatives aux placements, la décision d’acheter une maison moins dispendieuse ou de devenir locataire a d’importantes conséquences sur votre style de vie. « La question clé est simple : voulez-vous avoir la responsabilité d’une maison et de tout ce que cela implique? », selon Kathryn. Si vous recherchez un logement clé en main, acheter un appartement dans un immeuble en copropriété ou louer un logement dans un immeuble d’excellente réputation peut être une décision judicieuse. Cependant, Kathryn met en garde les personnes qui passeraient d’une maison avec cour arrière à une tour à appartements, et leur conseille de faire un essai préalable avec un bail à court terme. Les frais de transaction associés à l’achat et à la vente peuvent être considérables et gruger une partie de votre capital. Donc, l’idéal est de déménager le moins souvent possible.

Après vous être décidé sur le type de logement que vous souhaitez, la prochaine grande décision porte sur l’endroit où vous voulez vivre. Souhaitez-vous rester dans votre quartier ou habiter ailleurs? Si votre nouvelle adresse vous oblige à vous déplacer pour poursuivre vos activités et rester en contact avec votre famille et vos amis, vous devrez prendre en compte ce coût supplémentaire. Comme le conclut Kathryn, « la meilleure décision est celle qui sera bonne pour vous, tant sur le plan financier que personnel. Cette décision n’est pas facile à prendre, mais nous pouvons certainement vous aider à y voir plus clair. »

*Source : The Economist. Global house prices: Mixed messages, édition du 31 août 2013.

T.E. Mirador peut vous aider

• Examiner votre plan financier et discuter de l’impact de l’achat d’un logement moins dispendieux sur vos objectifs à long terme.
• Analyser les chiffres afin de vous aider à comparer la location et l’achat.
• Revoir votre énoncé de politique de placement et la structure de votre portefeuille dans l’éventualité de l’ajout de nouveaux fonds.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

1 reply
  1. Claude
    Claude says:

    Merci pour cet excellent article. Selon une étude, 90 % des personnes âgées veulent rester dans leur maison le plus longtemps possible ou chez leurs enfants et éviter de vivre dans une maison de retraite, dans un endroit pour mourir loin des gens qu’ils aiment. Ce ne sont pas les nombreuses distractions qui comptent le plus pour eux, mais leur bien-être qui passe par les relations !

    Aujourd’hui, plusieurs personnes à leur retraite rénovent leur maison afin qu’ils puissent continuer à être autonomes, vieillir en toute sécurité et y vivre confortablement sans devoir déménager loin de leur famille, amis et voisins.

    J’ai écrit un guide complet concernant comment aménager une maison en un lieu de retraite sécuritaire et autonome.

    Je comprends aussi qu’il peut être dérangeant de voir des liens inutiles sur votre site, mais ce guide est vraiment pertinent avec votre site.

    http://www.renogl.com/amenager-maison.html

    Répondre

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *