Est-ce le bon moment pour transférer au Canada votre régime 401(k) ou votre IRA?

Il y a trois ans, j’ai publié un article sur le mécanisme de transfert de l’actif d’un régime de retraite américain dans un REER canadien. L’article a été bien accueilli, et je remercie tous ceux qui ont exprimé leur intérêt et m’ont transmis des commentaires. J’ai décidé d’écrire un second article sur ce sujet, car un élément a changé considérablement depuis la publication de mon premier article : il s’agit du taux de change du dollar canadien par rapport au dollar américain. Il peut être très avantageux de profiter d’un taux de change favorable, mais il faut prendre certains facteurs en considération avant d’effectuer des transferts transfrontaliers.

Il y a trois ans, les deux monnaies étaient presque au pair. Plus précisément, en septembre 2013, le dollar américain valait environ 1,03 $ CA. Mon premier article était rédigé dans l’optique du taux de change de l’époque. Or, les choses ont changé. Un dollar américain vaut aujourd’hui environ 1,33 $ CA, ce qui représente une hausse de 29 % en trois ans. Ce changement notable a amené les personnes qui détiennent des fonds aux États-Unis à repenser leur stratégie, surtout celles qui vivent au Canada et qui prévoient y rester.

Les choses ont changé. Un dollar américain vaut aujourd’hui environ 1,33 $ CA, une hausse de 29 % en trois ans.

Examinons l’exemple suivant. Supposons qu’il y a parité entre le dollar canadien et le dollar américain. Un régime 401(k) (ou un IRA) de 500 000 $ US pourrait être transformé en REER de 500 000 $ CA, à condition de pouvoir utiliser le crédit pour impôt étranger pour annuler entièrement l’impôt payé aux États-Unis, comme je l’ai expliqué dans mon premier article. Revenons maintenant à aujourd’hui. Étant donné le taux de change actuel, un régime 401(k) (ou un IRA) de 500 000 $ US pourrait être transformé en REER de 650 000 $ CA. Cette augmentation considérable de 150 000 $ de la « valeur » du régime en dollars canadiens (650 000 $ CA – 500 000 $ CA) ne tient même pas compte de la plus-value, des dividendes et des revenus d’intérêts du portefeuille. Cette évolution du taux de change est avantageuse pour les personnes qui prévoient prendre leur retraite au Canada et dépenser leur épargne-retraite en dollars canadiens.

Je le répète, il est important de s’assurer que le transfert d’un régime américain de type 401(k) ou d’un IRA dans un REER canadien soit fait au moment opportun et sans incidence fiscale défavorable. Cependant, vu l’évolution spectaculaire du dollar, certains pourraient être prêts à perdre une partie du crédit pour impôt étranger (et accepter un traitement fiscal moins efficace) afin de profiter du taux de change favorable. Cela dit, et je ne saurais trop insister sur ce point, on ne doit pas effectuer les types de transferts décrits précédemment sans tenir compte de la répartition globale de l’actif. Autrement dit, vous ne devriez pas simplement transférer des fonds d’un pays à l’autre sans prendre en considération la diversification de votre portefeuille par rapport aux régions géographiques et aux devises. Par exemple, il serait contraire au bon sens d’échanger des titres américains sans couverture du risque de change négociés aux États-Unis contre des titres sans couverture du risque de change négociés au Canada, peu importe la monnaie dans laquelle ces titres sont libellés – surtout si vous ne pouvez profiter pleinement du crédit pour impôt étranger. Ces titres comporteraient un risque de change, même en étant inscrits à une Bourse canadienne.

On ne doit pas effectuer ce type de transferts sans tenir compte de la répartition globale de l’actif.

Par contre, si vous remplacez des titres américains libellés en dollars américains (des actions américaines) par des titres canadiens libellés en dollars canadiens (des actions canadiennes) et ce, dans le cadre d’une stratégie de répartition de l’actif bien ciblée, il serait alors sensé de profiter du taux de change actuel.

Personne ne sait combien vaudra le dollar dans l’avenir (même si on peut supposer qu’il continuera de suivre le prix des matières premières), mais l’écart entre le dollar américain et le dollar canadien demeure supérieur d’environ 10 % au niveau habituel. Selon la période de référence choisie, le taux de change est généralement de l’ordre de 0,82 $ US pour 1 $ CA, ce qui correspond à peu près à 1,21 $ CA pour 1 $ US; or, le dollar américain est passablement plus élevé en ce moment. Bref, le moment est beaucoup plus propice au transfert de titres américains, ou même de dollars américains, en titres canadiens ou en dollars canadiens qu’il ne l’était il y a trois ans. Voilà de quoi réfléchir!


Brent Soucie, vice-président chez Conseillers T.E. à Toronto, se spécialise dans la fiscalité transfrontalière et la planification financière pour les citoyens américains et les titulaires d’une Green Card résidant au Canada, ainsi que pour les résidents canadiens qui ont un emploi ou une propriété aux États-Unis.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *