Endettés au maximum

Endettés au maximum

Automne 2011

Encouragés par les taux d’intérêt peu élevés et la facilité d’accès au crédit, les Canadiens sont aujourd’hui plus endettés que jamais. Mais y a-t-il vraiment lieu de s’en inquiéter? La réponse dépend de votre âge, de l’étape de la vie où vous vous trouvez et de la santé générale de votre plan financier.

Pour certains, l’endettement est une calamité. Pour d’autres, c’est ce qui permet de saisir les occasions qui se présentent et de se constituer un patrimoine. Une chose est sûre : l’endettement des Canadiens a atteint des niveaux records. L’endettement des ménages au Canada a franchi le seuil record de 1,5 billion de dollars au premier trimestre de 2011, et le ratio d’endettement a atteint le niveau vertigineux de 146,9 %. Si on répartissait cette somme également parmi tous les Canadiens, la dette serait de 176 461 $ pour une famille de quatre personnes.* La Banque du Canada, le gouvernement fédéral et le Fonds monétaire international ayant tous émis des mises en garde, le fort taux d’endettement et ses répercussions sur la sécurité financière à long terme des Canadiens suscitent de plus en plus d’inquiétude.

Le crédit, arme à double tranchant

Cette inquiétude pourrait être sans fondement, selon l’utilisation que l’on fait du crédit. Une « bonne » dette, contractée dans le but d’augmenter le patrimoine à long terme en faisant l’acquisition d’un bien dont la valeur est appelée à croître, peut s’avérer un atout. Les emprunts servant à acheter une résidence principale ou à payer des frais d’études supérieures sont deux exemples de bonne dette. En effet, en achetant une maison, non seulement vous vous procurez un logement, mais vous espérez aussi qu’elle prendra de la valeur avec le temps. Pour ce qui est d’emprunter pour payer des frais d’études supérieures, on s’attend à ce que les études permettent de gagner un revenu supérieur qui éclipsera les frais engagés. Quand on a recours au crédit pour acquérir des biens qui se déprécient et des produits de consommation, pour payer ses dépenses courantes ou pour assurer le service de sa dette, la hausse du niveau d’endettement est souvent un symptôme d’un problème plus grave : un train de vie excessif. Si une telle situation n’est pas corrigée, elle peut avoir des effets désastreux sur le bilan de ces personnes, qui en viennent à utiliser leurs cartes et leurs marges de crédit au maximum; leurs frais d’emprunt explosent et il leur devient de plus en plus difficile de rembourser leurs dettes. Pour ce qui est d’utiliser le crédit comme moyen de financer un investissement, les avantages de cette stratégie sont mitigés. Le coût d’emprunt, sauf dans les régimes enregistrés d’épargne-retraite, est déduit du revenu de placement dans le calcul de l’impôt à payer. Or, pour que vos placements aient un potentiel de croissance supérieur au coût d’emprunt, vous devrez investir dans des actions, qui comportent un risque élevé. Si le rendement est décevant, il se pourrait que votre emprunt soit plus grand que la valeur de votre placement, ce qui n’améliorera pas votre situation financière. Cependant, si vous prévoyez faire une acquisition importante à des fins personnelles, un chalet par exemple, et si vous avez déjà des placements non enregistrés, il pourrait être avantageux d’utiliser ces placements pour financer votre achat. Vous pourrez ensuite contracter un emprunt pour remplacer votre placement (après un délai de 30 jours) et votre coût d’emprunt sera alors déductible.

Où s’arréter?

Pour savoir si vous êtes trop endetté, on suggère généralement de vous demander si vous pouvez facilement payer vos frais d’emprunt ou effectuer vos remboursements. Aujourd’hui toutefois, compte tenu des prêts hypothécaires à taux variables peu élevés et des marges de crédit permettant le versement des intérêts seulement, la capacité de faire vos versements peut vous donner un faux sentiment de sécurité. Si les taux d’intérêt augmentaient d’un point de pourcentage ou deux, seriez-vous toujours en mesure de respecter vos obligations? Pour éviter les problèmes, vous pourriez faire des versements mensuels correspondant à un taux d’intérêt plus élevé. Ainsi, vous rembourserez le capital plus rapidement tout en payant moins d’intérêts à long terme, et vous saurez que vous serez en mesure de faire vos versements si les taux d’intérêt montent. N’oubliez pas qu’il y a une grande différence entre payer des intérêts sur votre dette et la rembourser.

Alors, où faut-il s’arrêter? On dit en général que les frais mensuels de remboursement de la dette (prêts hypothécaire, marges de crédit, cartes de crédit et prêts personnels) ne devraient pas représenter plus de 40 % du revenu mensuel du ménage avant impôts. Cependant, étant donné que vous avez d’autres obligations financières à respecter, il se peut qu’à ce niveau vous ne soyez pas en mesure de faire facilement vos versements. N’oubliez pas que si vous avez un bon dossier de crédit, les prêteurs n’hésiteront pas à vous avancer le maximum que vous pouvez emprunter « en théorie », mais il se pourrait que ce montant soit trop élevé pour vous.

Évitez les dettes à la retraite

En général, les gens empruntent davantage quand ils sont jeunes; ils achètent des biens et se constituent un patrimoine en comptant toucher un revenu supérieur dans l’avenir. Une nouvelle tendance est inquiétante : de plus en plus de Canadiens prévoient continuer de rembourser leurs dettes une fois à la retraite, alors que leur revenu sera considérablement moins élevé. Selon Statistique Canada, un retraité sur trois au Canada est endetté. De plus, 46 % des Canadiens ayant entre 45 et 64 ans, dont la retraite approche, ont encore un prêt hypothécaire à rembourser. Contrairement aux jeunes, les retraités ne peuvent pas compter sur un revenu supérieur dans l’avenir et ils touchent pour la plupart un revenu fixe. Qui plus est, une hausse des taux d’intérêt pourrait avoir des conséquences désastreuses, car une augmentation des sommes consacrées au service de leur dette pèserait lourd sur le budget mensuel des retraités. Le meilleur moyen d’y arriver pourrait être de vendre votre maison pour en acheter une plus petite, ce qui vous permettrait de rembourser votre prêt hypothécaire et d’investir le reste de votre profit pour vous procurer un revenu supplémentaire.

Stratégies pour reprendre les rênes

Dans la plupart des cas, les problèmes d’endettement ont pour origine une consommation excessive. Si vous avez constamment recours à une marge de crédit pour régler vos dépenses mensuelles ou si vous ne payez pas entièrement votre compte de carte de crédit, le problème réside dans votre style de vie. Si vous continuez de vivre au-dessus de vos moyens à la retraite, vous risquez d’épuiser rapidement vos économies et de voir votre actif s’effriter. Il faut de la discipline pour reprendre les rênes. Premièrement, vous devez savoir où va votre argent chaque mois et trouver des moyens de réduire vos dépenses. Ensuite, vous devez consolider vos dettes à un taux d’intérêt inférieur (surtout dans le cas des cartes de crédit), afin de ramener vos versements mensuels à un niveau acceptable. Défaites-vous de vos cartes de crédit et des autres formes de crédit, ou faites abaisser votre limite de crédit, si vous ne pouvez pas résister à la tentation de dépenser. Fixez-vous des objectifs concrets pour rembourser vos dettes et établissez un plan réaliste pour y arriver. N’oubliez pas d’inclure les frais de remboursement de vos dettes dans votre budget mensuel. Une fois libéré de vos dettes, vous pourrez consacrer cet argent à d’autres objectifs financiers.

L’élaboration d’un plan financier est une façon parmi d’autres d’éviter le surendettement. Vous aurez encore plus de succès si vous utilisez les services d’un conseiller qui vous aidera à faire un usage plus judicieux du crédit et à respecter votre plan. Cela est particulièrement important chez les jeunes pour qui l’indépendance financière est une nouvelle réalité, car il suffit de quelques mauvaises décisions pour s’embourber dans l’endettement. Il n’est jamais trop tard pour dresser un plan financier ou planifier sa retraite, même si vous n’avez pas de dettes. Vous serez plus confiant dans l’avenir si vous prenez vos finances en main dès maintenant.

* Source: CGA-Canada: Les consommateurs canadiens ont-ils encore les moyens d’être un moteur de l’économie? Juin 2011.

 

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *