Commentaire d’investissement – Septembre 2013

Voici venue la saison des baisses

Précisons d’abord qu’il faut plus qu’un mois pour faire une saison, mais septembre est tout de même un mois important. La saisonnalité n’est pas favorable en septembre, mois où les actions affichent généralement leurs pires rendements. D’après le Stock Trader’s Almanac, l’indice Dow Jones des valeurs industrielles et le S&P 500 ont enregistré des rendements moyens négatifs en septembre depuis 1950, et septembre est aussi le seul mois où les chutes sont plus nombreuses que les reprises.

La plupart des théoriciens attribuent cette faiblesse saisonnière aux ventes à perte effectuées à des fins fiscales, combinées aux manœuvres visant à embellir les résultats avant leur publication à la fin Sept-2013-Inv-Comm1du trimestre et de l’exercice. Il semble vrai que de nombreux investisseurs décident de se défaire de leurs titres les plus faibles ou les moins rentables dans le but de contrebalancer les gains en capital réalisés et ainsi réduire la charge fiscale qui s’y rapporte. Une constatation importante étaye cette hypothèse : les pertes enregistrées en septembre sont habituellement plus importantes si le marché est en baisse (par rapport au début de l’année) au début du mois. Quant aux manœuvres d’embellissement, elles se produisent quand les gestionnaires de portefeuille exécutent des opérations qui ont pour but de rendre leurs rendements ou la composition de leurs fonds plus avantageux à la fin du trimestre. Il faut noter que ce phénomène n’est pas limité aux États-Unis, ni même à l’Amérique du Nord; la faiblesse des marchés boursiers en septembre a été observée dans de nombreux pays. On ne sait pas exactement quand cette tendance est apparue dans la plupart des régions, mais aux États-Unis elle dure depuis plus d’un siècle (selon les données recueillies depuis 1896, année de création du Dow Jones).

Fait intéressant, cette faiblesse saisonnière est généralisée, affectant pratiquement tous les secteurs. En fait, si l’on examine les dix secteurs de la classification industrielle mondiale standard (« GICS ») représentés dans le S&P 500 [depuis 1969], seuls les services aux collectivités n’inscrivent pas leurs pires résultats trimestriels au troisième trimestre, qui se termine à la fin de septembre. Tous les autres secteurs affichent leurs moins bons rendements de l’année au troisième trimestre et pour certains, dont la consommation discrétionnaire, les technologies de l’information et les matériaux, l’écart est considérable.

Il est vrai que les pires krachs boursiers se sont produits en octobre, mais ces chutes records faisaient généralement suite à un affaiblissement graduel qui avait débuté en septembre. Pendant la crise de 1929, les actions ont fait des chutes vertigineuses en octobre, mais le marché avait commencé à se déboulonner en septembre. En outre, la dernière crise financière mondiale a débuté en décembre 2007, mais elle s’est réellement intensifiée en septembre 2008, sans compter que les attentats du 11 septembre 2001 ont aussi durement touché les marchés.

Comme si l’affaiblissement des marchés qui caractérise le mois de septembre ne suffisait pas, nous tenons à souligner d’autres difficultés possibles qui se pointent à l’horizon. Il y a entre autres la possibilité de conflits politiques dans divers pays et de conflits militaires liés aux événements en Syrie. Il ne faut pas négliger non plus les craintes persistantes que suscitent l’évolution des taux d’intérêt et la politique monétaire japonaise. En fait, l’inquiétude s’étend à toute l’Asie et aux marchés émergents, pays dont la balance des comptes courants affiche un déficit inquiétant. Enfin, il y aura des élections en Allemagne au cours du mois et la Réserve fédérale américaine discutera de nouveau d’un resserrement possible de sa politique lors de la prochaine réunion prévue les 17 et 18 septembre prochains.

Même si nous n’encourageons pas l’anticipation des marchés, il est très peu probable que des fonds ajoutés aux portefeuilles de placement en septembre le soient au niveau le plus élevé de l’année ou même de la saison, étant donné la tendance historique. Bien entendu, cette situation nous rappelle l’une des deux règles d’or de l’investissement : acheter quand les prix sont bas! Si vous avez des commentaires ou des questions au sujet de cet article, n’hésitez pas à nous les transmettre.

Les articles publiés dans ce site Internet sont de portée générale et présentés uniquement à titre informatif. Vous devez obtenir les conseils d’un professionnel avant d’entreprendre toute action fondée sur les informations contenues dans ces articles. Aucune référence à des tierces parties ne doit être interprétée comme une approbation de, ou un appui pour, ces tierces parties, leurs conseils, informations, produits ou services. Les marques de commerce mentionnées dans ce site Internet sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *